TAPEZ VOTRE RECHERCHE

20 février. Dans la matinée, nous prenons le bus pour Danang, grande ville située à une heure d’Hoi An. Le bus doit nous déposer près de la gare mais il nous jette au beau milieu de nulle part, à un rond point. Sympa ! Un Allemand est dans le même cas que nous sauf que lui a déjà réservé son billet et qu’il a 30 minutes pour être sur le quai. On hèle un taxi et on part les 3 ensemble. Il aura de justesse son train tandis que nous achetons tranquillement nos billets pour Hué.

On aurait pu faire le trajet en bus comme d’habitude mais on avait lu que le trajet en train valait la peine. On ne nous avait pas menti. Malgré la brume accrochée aux montagnes, les paysages sont superbes et nous longeons la côte en serpentant dans les montagnes qui se jettent dans la mer. On ne traverse quasi aucun village et seulement sur la fin, nous apercevrons quelques routes. Sinon, tout autour de la voie de chemin de fer, c’est une jungle assez dense.

Arrivés à Hué, on pose les sacs dans un hôtel pas terrible où nous amène un tuk tuk en nous faisant croire qu’on est dans le quartier des backpackers. Il fait très froid à l’intérieur comme à l’extérieur. Mais on accepte.

L’après midi est déjà presque finie, on décide de réserver les billets de train pour la prochaine étape : train de nuit Hué – Ninh Binh. On retourne donc à la gare à pied. Sur le chemin, on fait quelques agences de voyage pour savoir à combien elles font les billets. La moins chère des agences nous propose des billets à 23$ par personne. On pousse jusqu’à la gare pour comparer, le mec au guichet nous annonce 28$. On se dit que c’est bizarre qu’il soit plus cher qu’une agence mais pourquoi pas ? On retourne donc à l’agence et on lui demande de réserver les places. Elle n’en a plus et après vérification elle nous vendait des sièges «couchette» et non des lits «couchette» en compartiment… Donc on retourne à la gare pour la 3ème fois de la journée pour réserver nos billets de train. Cette fois c’est la bonne !

Pour finir cette journée passionnante, repas avec fondue au boeuf pour Choupi et porc aux cacahuètes pour moi.

21 février. Beaucoup de gens s’arrêtent à Hué pour visiter sa Cité Impériale et sa Cité Pourpre Interdite. Rien que les noms, ça nous laisse rêveur. Plein de clichés nous viennent à l’esprit. On part donc les visiter de bon matin, après un petit déjeuner pris dans une boulangerie française (c’est d’ailleurs son nom). Cette boulangerie est aussi une association qui vise à insérer des artisans boulangers/patissiers vietnamiens dans les meilleurs hôtels du pays. Les viennoiseries sont à tomber ^_^

On pénètre ensuite dans la citadelle qui encadre une bonne partie de la ville, puis dans la Cité Impériale. Beaucoup de bâtiments ont été détruits durant les guerres qu’a connu la Cité mais il reste encore quelques beaux bâtiments. Le temps un peu gris se prête pour flâner dans les allées et essayer de débusquer quelques photos de murs ou des détails cachés, le temps étant assez «brouillageux».

En longeant la citadelle pour trouver un petit restaurant, on se fait accoster par un jeune conducteur de pousse pousse qui essaye de nous vendre son «countryside tour» pour le lendemain. D’abord, on refuse car on voulait louer un scooter comme d’habitude et on a surtout très faim. Il nous dit que ses parents ont un petit boui-boui pas très loin et qu’il nous y emmène gratuitement. On fait donc 5 minutes de pousse pousse-pour arriver dans le petit restau.

Bon repas. Il nous redemande pour le lendemain si ça nous intéresse. On se dit que ça peut être bien à faire avec eux car la famille est très sympa et les tombeaux à l’extérieur de la ville ne sont pas forcément simples à trouver. On accepte donc !

On finit l’après midi en se baladant dans la citadelle pour voir le lac (qui ne vaut pas forcément le détour) et le canal assez poubellesque. Heureusement, on s’arrête pour quelques rencontres.

Un papi vietnamien parlant couramment le français nous invite à prendre le café chez lui et discuter. Il nous montre son jardin et sa maison. Je manque de me faire rosser par son roquet chinois hyper agressif malgré sa taille ridicule.

Pour finir la journée, dîner dans un restaurant caché dans des petites ruelles où ils servent la spécialité locale d’Hué, le Ban Khoai. C’est une sorte de crêpe farcie au porc et à la crevette, avec des champignons et du soja… Un régal !

22 février. Huy, le conducteur de pousse-pousse d’hier vient bien nous chercher comme prévu avec son beau frère. Pour la première fois, nous sommes les 2 à l’arrière d’un scooter, ça me fait tout drôle de pas piloter 🙂 C’est parti pour un zig zag entre les voitures et les autres scooters pour rejoindre la première pagode, la Thien Mu Pagoda. Huy nous quitte après la visite et c’est sa soeur qui prend le relais et qui conduira Choupi. Elle s’appelle Truy, on se retient pour ne pas rire.

Direction les tombeaux des empereurs de la dynastie Nguyen. On fera celui de Tu Duc et Khai Dinh. Dans celui de Tu Duc, il règne un agréable sentiment de zénitude avec ses mares et ses escaliers pour passer d’une place à une autre. Celui de Khai Dinh est beaucoup plus imposant avec ses soldats de pierre et ses nombreux détails.

Ensuite, on passe dans quelques villages, entourés à gauche et à droite de champs de riz d’un vert intense, avant de rentrer sur Hué, manger dans le restaurant familial pour la deuxième fois. C’est une affaire qui tourne leur petit business 🙂 On rencontre le grand-père de la famille, il nous montre sa carte d’identité, il a 92 ans et en paraît 70… C’est injuste !

Après le déjeuner, on repart pour visiter la plus ancienne pagode d’Hué, qui ne vaut pas forcément le déplacement, contrairement aux tombeaux. A noter que Truy a fait 2 accidents très mineurs pendant qu’elle conduisait Choupi dont une petite collision avec un vélo… Heureusement, pas de blessé !

On rentre à l’hôtel puis on part en direction de l’orphelinat que nous avions contacté avant de partir. La soeur qui devait nous recevoir est en déplacement mais une autre nous fera faire une petite visite des lieux. On lui donnera les médicaments qu’on avait amené pour les enfants : Gaviscon et autres ainsi que des jeux de carte.

Fin d’après-midi, on retourne à la boulangerie française pour un petit goûter d’écolier, avant de prendre notre train pour Ninh Binh qui est à 20h. A bientôt sur la baie d’Halong terrestre !

Partagez sur les réseaux sociaux :
Vos commentaires
30 mai 2012 à 22:18 Répondre

AHAH LA boulangerie de Hué!! Je crois que tous les français y font un stop!! Rien de mieux qu’un bon chocolat chaud et un pain au chocolat pour affronter Hué sous la flotte 😉

Choupi et Tibal
30 mai 2012 à 23:32

C’est clair 🙂 Et leur espèce de chocosuisse ou flamand est à tomber ! J’espère que tu en as parlé sur ton blog :p

Article suivant

Ninh Binh, la baie d'Halong terrestre

UN COMMENTAIRE ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *