TAPEZ VOTRE RECHERCHE

3 ans sans partir en Asie, c’est long ! Nous avons donc décidé de remédier à ça cette année pour fêter nos 3333 jours ensemble 🙂

Pour ce premier article de la série Philippines, direction la province Ifugao pour découvrir les rizières de Batad et Banaue.

Après notre voyage au Japon qui commence à dater, nous avons (re)découvert la Guadeloupe, fait un roadtrip en van via les cols italo-helvétiques et parcouru pas mal de kilomètres en France ou en Europe.

Nous restions quand même sur notre faim lorsque les gens nous demandaient quels pays nous avions visités lors de notre tour d’Asie du Sud Est. Outre la Birmanie, il manquait en effet à notre actif les Philippines, pays que nous n’avions pas pu visiter par manque de temps (ou d’organisation), mais pas par manque d’envie. Un jour de janvier, en voyant que le soleil avait du mal à pointer le bout de son nez en France, on s’est décidé pour prendre des billets Lyon-Manille pour solder nos congés sur les ponts de mai !

Comme les Philippines sont constituées de plus de 7000 îles et que le pays regorge d’une multitude d’activités orientées « nature » (volcans, mer, rizières, cascades, …), il a fallu faire des choix cornéliens pour décider où nous poserions nos backpacks. Après avoir épluché quelques blogs et sites internet, l’itinéraire était plus ou moins tracé, sans être figé dans le marbre. Première étape : les rizières de Banaue et Batad, classées au patrimoine mondial de l’Unesco.

Des rizières, sans être blasés, on en a déjà vu pas mal lors de nos 6 mois en Asie. En voyant le temps de bus nécessaire (10h en bus de nuit) pour monter dans la cordillère de la province Ifugao, on hésitait. Les avis des différents amis/voyageurs ont pesé dans la balance et nous avons donc décidé d’enchaîner le vol Lyon-Manille avec le trajet en bus de nuit, ce qui faisait gagner une journée et nous faisait éviter Manille, ville assez déconseillée par les bloggers car peu de choses à y faire.

Comme vous allez voir, ces rizières sont juste magnifiques ! Cerise sur le gâteau, nous étions à la bonne période pour prendre des photos dans les rizières de Batad « vert pétant » et dans les rizières de Banaue en eau, ce qui ajoute un certain charme quand les nuages se reflètent dedans.

Un trajet de 35 heures

Dimanche 16 avril

Départ pour l’aéroport de Lyon Saint Exupéry vers 15h. Le lundi de Pâques étant férié, beaucoup de personnes en ont profité pour partir un long week-end ou plus. Jamais vu autant de monde, les parkings « longue durée » sont complets, on est obligé de se garer sur un parking temporaire, sans savoir comment nous retrouverons la voiture au retour. Notre avion est à 18h, il a un peu de retard, rien de bien grave. On atterrit quelques heures plus tard à Istanbul, escale habituelle pour nous quand on part en Asie avec Turkish Airlines. On connaît presque par coeur cet aéroport et les stands duty free.

Lundi 17 avril

Deuxième vol plus long (13h) mais ça passe vite quand on dort dans l’avion après un film. Arrivée à Manille aux alentours de 19h heure locale. Il y a seulement 6h de décalage avec la France à cette période de l’année. On prend un taxi à la sortie de l’aéroport pour rejoindre le Sampaloc bus terminal  d’où partent les bus qui montent dans la région de Banaue. L’occasion d’apprendre déjà quelques mots de philippin (bonjour, merci, …, les classiques) avec le taxi driver.

Stations de bus
Les terminaux de bus à Manille ne sont pas forcément de vrais terminaux, mais plus souvent des parkings/terrains vagues avec quelques bus garés, et une seule compagnie qui gère les billets. Renseignez-vous bien avant de partir à l’aveugle. Vous pouvez réserver une bonne partie des trajets en bus (de jour ou de nuit) sur le site sécurisé Pinoytravel. Il y a une toute petite commission mais ça évite de faire la queue le jour même et vous aurez votre place réservée dans le bus.

C’est donc parti pour 10h de bus avec le classique du night bus asiatique : le videoke ! Du Modern Talking toute la nuit à fond les ballons… On arrive quand même à dormir un peu et malgré une panne qui nous fait changer de bus quelques kilomètres avant Banaue, nous arrivons à bon port à 8h du matin. Pour info, l’aller Manille-Banaue coûtait 900 PHP pour 2, soit 18€ environ. En passant par le site Pinoytravel, on a payé 1 023 PHP. Idem pour le retour.

Rizières de Banaue et ses viewpoints

Mardi 18 avril

En sortant du bus, nous devons nous acquitter d’une taxe environnementale, comme dans beaucoup d’endroits aux Philippines. 50 pesos philippins, environ 1€. Une personne nous attend déjà pour nous amener chez Randy, charmante guesthouse conseillée par nos amis lyonnais. On charge donc nos bagages sur le tricycle (sorte de sidecar philippin) et c’est parti à la découverte des paysages montagneux de Banaue.

A la guesthouse, Randy nous prépare un petit déjeuner et nous montre notre chambre. On sera comme à la maison pour les 3 prochains jours 🙂 A table, on fait la connaissance de 2 québécois, Amanda et Roger, avec qui nous partons marcher dans Banaue aujourd’hui. Même pas eu le temps de siester après un peu plus de 35 heures de voyage entre Lyon et Banaue !

10h30, on commence l’ascension à pied de la route qui mène aux différents viewpoints. Le temps est un peu couvert mais le soleil tape quand même très fort. Les rizières en terrasse sont magnifiques. Arrivés en haut du village, on prend un guide local pour plonger dans les rizières. Sans lui, on se serait aisément perdus. Les chemins sont parfois dangereux car les rizières peuvent s’écrouler sous le poids de notre passage. Ce ne sont par endroits que des mottes de terre rembourrées. La fin de la marche est un peu pluvieuse, on s’abrite dans un village perché dans les rizières. L’occasion de faire encore de belles photos et d’alterner rizières et forêt luxuriante.

6h de marche pour le premier jour, ça commence fort ! Pour info, le guide nous a demandé 500 PHP (10€) pour les 4.

Pour fêter notre première journée et se remettre de notre marche, on dîne avec nos amis québécois au restaurant Seven Heaven. Il possède un petit balcon où on mange côte à côte, avec une belle vue sur la vallée de Banaue. On goûte les premiers plats philippins : un « pork odobo » et un « hot & spicy chicken » très épicé.

Rizières de Batad et son amphithéâtre

Mercredi 19 avril

Nuit agitée avec pas mal de chiens et de coqs qui aboient dès 3h30 du matin… Et oui, on est à la campagne 🙂

Petit déjeuner à 7h et on décolle à 8h pour Batad, avec les tricycles que Randy nous a réservés (1000 PHP la journée pour le tricycle => 20€). On est aujourd’hui avec Amanda et Roger mais aussi avec Guillaume et Audrey, 2 Lyonnais rencontrés le matin même à la guesthouse. Ils reviennent d’un trek de quelques jours dans la région.

Après presque une heure de route, nous arrivons à l’entrée de Batad. La route s’arrête net et nous devons finir à pied pour rejoindre Batad. En arrivant sur le site, on surplombe l’amphithéâtre gigantesque accroché à flanc de montagnes. Le cadre est exceptionnel ! Il fait chaud mais on fait tous les viewpoints possibles pour profiter un max : viewpoint le plus haut, village en contrebas et on remonte au village par lequel nous sommes arrivés.

Pour reprendre un peu de force, on mange face aux rizières en buvant une noix de coco fraîche. Nos amis nous quittent car ils doivent reprendre le bus le soir même. Nous restons un peu plus longtemps pour contempler les rizières. On part de Batad vers 15h en achetant des mangues qui nous faisaient carrément envie.

On discute encore un peu avec les Lyonnais avant qu’ils ne prennent leur night bus puis on va manger au Cafe Jam. Au menu, « chicken curry » et « poulet Tinola » (poulet servi dans un bouillon avec des papayes). Retour à la guesthouse où on passe une nuit plus calme que la précédente.

Retour sur Manille

Jeudi 20 avril

Dernier jour à Banaue. La plupart des voyageurs croisés ne restent qu’une nuit ici, sauf quand ils font des treks dans la région Ifugao pour aller à Sagada ou dans d’autres villages. Nous avons pris l’option 2 nuits pour ne pas refaire 10h de bus directement, c’est assez raisonnable il me semble.

Dernier petit déjeuner chez Randy avec les mangues achetées la veille à Batad puis on prépare nos affaires pour libérer la chambre. On peut laisser les sacs dans la pièce commune, ce qui nous évite de les transporter toute la journée.

Avant d’aller se balader, on part échanger nos vouchers pour le bus du soir.

On profite du dernier jour pour faire ce qu’on aime bien en voyage, regarder comment « vit » un village. On assiste à un match de basket, sport national philippin. La plupart des gens portent des tee shirts de clubs américains, et connaissent les noms des joueurs.

On fait quelques échopes puis on prend notre dernier repas au Sanafe Lodge qui fait restaurant et hôtel. Il possède lui aussi une très belle terrasse sur les rizières. On déguste un « Odolon manok » (poulet gingembre) et un « pinabtek » (légumes et porc dans une sauce poisson).

On continue notre balade et en visitant la place du village, on s’arrête devant une petite échoppe qui propose des baluts. Qu’est ce que le balut me direz-vous ? C’est un oeuf fécondé de canard dont le foetus s’est déjà développé. J’avais hésité à en goûter lors de notre trip en Asie du Sud Est. Après quelques hésitations, je me lance pour ne pas mourir idiot ! Bon, je n’en mangerais pas tous les jours mais c’est pas non plus horrible, avec la petite sauce vinaigrée/pimentée. Il faut juste faire abstraction de la texture, évidemment.

Retour à la guesthouse pour se reposer un peu et préparer la suite du voyage. Je ne tiens pas en place et vais donc faire une messe à l’église du village pour faire quelques photos.

19h, l’équipe de Randy nous amène au night bus. C’est un bus avec quasi que des Français… Les Philippines ont la cote !

Nuit agitée avec un chauffeur assez survolté dans les nombreux virages qui nous ramènent sur Manille. Nous arriverons à 5h30 pour enchaîner avec un bus de jour qui nous emmènera dans la province d’Albay, voir le symbole des Philippines, le légendaire volcan actif Mayon. A très vite !

Partagez sur les réseaux sociaux :
Vos commentaires
Vietnam Dragon Travel
13 juillet 2017 à 11:24 Répondre

Il y a des rizières comme au Vietnam! C’est chouette !!!!

Choupi et Tibal
14 juillet 2017 à 21:13

Oui, c’est à voir une fois dans sa vie. Cet amphithéâtre est juste magique !

ARTICLE SUIVANT

UN COMMENTAIRE ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *