TAPEZ VOTRE RECHERCHE

Après notre séjour à Legazpi où nous avons bien profité du volcan Mayon, nous vous proposons aujourd’hui une petite session plongée / snorkeling à Donsol avec les énoooooooormes requins baleine.

Le village de Donsol est un village de pêcheurs, pas bien grand, situé sur l’île principale des Philippines, Luçon. Jusqu’à la fin des années 90, peu de touristes s’y arrêtait. Désormais, c’est un des endroits au monde où vous aurez le plus de chance de voir des requins baleine. En effet, les butanding (nom philippin des requins baleine) circulent régulièrement dans cette zone à la période de l’année où le plancton prolifère. Ils sont surnommés « gentle giants » car malgré leur taille immense (moyenne de 9-10 mètres, pouvant aller jusqu’à 18 mètres), ce sont les requins les plus gentils au monde !

Lors de nos préparatifs depuis la France, on avait repéré deux spots pour observer les requins baleine : Donsol et Oslob dans les Visayas (plus au Sud). Beaucoup d’échos assez négatifs sur Oslob nous ont fait pencher pour la première destination. De plus, les Visayas nous ajoutaient au moins un vol supplémentaire, et faisait donc gonfler notre budget.

A Oslob, on a souvent lu :

  • que les pêcheurs faisaient du « feeding » pour garder les requins quasi toute l’année dans la zone.
  • que des touristes peu respectueux faisaient des photos débiles avec les requins et allaient jusqu’à les caresser.

Ces deux points nous avaient assez refroidis. On a donc tranché sur Donsol assez facilement. N’étant pas allé à Oslob, on ne peut pas juger plus que ça, surtout qu’aux dernières nouvelles, ils se sont grandement améliorés sur la gestion de cet éco-tourisme. Après, même si des ONG comme WWF assurent que ce tourisme ne nuit pas aux requins, nourrir un animal sauvage n’est jamais très « naturel »…

Deux possibilités pour tenter de nager avec les requins baleine à Donsol
La meilleure période pour les observer est de février à mai. Ça tombe bien, on était pile dedans !

  • Soit vous vous renseignez au Butanding Office situé à Donsol. Vous devrez donc vous enregistrer pour rejoindre un bateau de maximum 6 personnes. C’est une sortie de snorkeling (palmes masque tuba), supervisée par le WWF et les BIO (Butanding Interaction Officer). En haute saison, pas mal de bateaux circulent mais le nombre de bateaux sur l’eau est limité, ainsi que leur nombre total dans la journée. Vous vous promenez le long de la côte et êtes presque sûrs de croiser un ou plusieurs requins baleine, selon les aléas du hasard. Nature is Nature 🙂
  • Soit vous passez par un club de plongée et vous allez en pleine mer, dans le Ticao Pass, tenter d’en apercevoir. Là, il faut avoir un peu plus de bol, mais le résultat en vaut la peine. Surtout qu’entre 2 plongées, vous pouvez faire un peu de snorkeling en pleine mer et maximiser vos chances ! Bonus : vous pouvez également voir des raies mantas puisque le spot s’appelle le Manta Bowl.

Lors du séjour à Donsol, un truc qui nous a frappé, que ça soit sur la version snorkeling ou plongée, c’est que les Philippins sont très stricts sur les règles et les font respecter du mieux qu’ils peuvent. On ne doit jamais se mettre en travers de la route d’un requin, ni l’approcher de trop près et toujours rester à au moins 3-4 mètres de lui.  Sans parler de la gêne pour l’animal, un coup de nageoire serait bien malvenu en pleine mer. Voici le genre de pancarte affichée pour les snorkelers.

Avant de vous partager notre rencontre magique avec les requins baleine, partons observer une autre des curiosités de Donsol, les lucioles qui peuplent par milliers (millions ?) les environs de la rivière.

 Observation des lucioles à Donsol

Mardi 25 avril

Le propriétaire de la Balai Tinay Guesthouse de Legazpi nous avait dit que les jeepneys étaient plus rapides que les minivans pour aller à Donsol. Bizarre, mais on lui fait confiance. De Legazpi, on prend donc un jeepney qui part pour Daraga, puis un deuxième jeepney qui part pour Donsol. Au final, c’est moins cher mais pas plus rapide, et le jeepney est plein à craquer, et par cette chaleur c’est comique.

On arrive à la Victoria’s Guesthouse vers 10h30. On se pose un peu dans les chambres. Il fait encore plus chaud qu’à Legazpi. Malgré le vent de la mer, on est proche des 40 degrés aux moments de midi.

Après un bon petit repas dans un resort face à la mer composé de kinunot (thon émietté dans du lait de coco et du piment) et de poisson grillé, on part à 3 sur la moto avec Zaldy (l’entertainer de la guesthouse) checker que le dive center nous attend bien le lendemain pour la première journée plongée. Comme l’endroit est pas mal fréquenté par les plongeurs, pour être sûr d’avoir une place, j’avais réservé nos deux journées plongée/snorkeling depuis la France. Très facile avec Paypal 🙂

On fait donc connaissance avec l’équipage du Bicol Dive Center, club que nous recommandons les yeux fermés. Super ambiance, sécurité au niveau matériel, respect de l’environnement et de la faune. Un sans faute ! Tout est bien enregistré, je paye le solde et on se donne rendez-vous pour le lendemain.

Retour à la guesthouse où on fait une sieste avant d’aller visiter le village à pieds. C’est assez étendu avec d’une part tous les resorts / clubs de plongée et de l’autre côté, le village avec quelques commerces. Notre guesthouse est située entre les deux. On se pose dans un petit bar pour déguster un bon jus de kalamansi (citron local).

A Donsol, on peut également pratiquer le firefly watching. Qu’est-ce donc ? A la tombée de la nuit, partez dans une embarcation avec maximum 6 personnes pour observer les lucioles qui peuplent les arbres le long de la rivière. Zaldy nous emmène en mote à l’embarcadère et on partage le bateau avec un Chilien qui vient de se taper 24h de voyage pour arriver à Donsol depuis chez lui. Il est donc très très naze, au point de s’endormir pendant les explications du guide. Explications qui nous en apprennent beaucoup sur les petits insectes et font durer le suspens en attendant que la nuit soit vraiment noire. Un conseil : montez à max 4 touristes dans le bateau sinon ça devient serré sur le bateau. Trois c’est parfait 🙂

Le ciel est merveilleusement étoilé, aucune pollution lumineuse ou presque. D’un coup, les premiers arbres s’allument comme des arbres de Noël puissance 24 (minimum). Une expérience magique ! Par contre, pas vraiment de photos/vidéos potables dû à la nuit noire complète plus les mouvements du bateau. On vous met donc ci-dessous la vidéo officielle du tour, un peu kitsch avec la fausse luciole, mais regardez en entier vous verrez les vraies lucioles 😉

Dîner au Vitton Resort avec un lechon kawali et un grilled squid avant de s’endormir des étoiles plein la tête.

Plongée et snorkeling à Donsol (jour 1)

Mercredi 26 avril

Lever à 5h30 du matin pour aller au Bicol Dive Center et entamer notre journée 3 plongées. Ce sera snorkeling pour Choupi pendant que je serai sous l’eau.

Au programme, 1 plongée classique sur les côtes de Ticao Island pour se réadapter puis 2 plongées dans le Manta Bowl pour tenter de croiser les requins baleine et/ou des raies mantas.

Pour monter sur le bateau, on doit mouiller le tee shirt jusqu’au torse. L’eau est remplie de petites méduses. Les Philippins m’assurent qu’elles ne piquent pas mais m’étant déjà fait brûler, je file à toute vitesse rejoindre l’échelle du bateau.

Première plongée, je remonte à l’échelle, Choupi me regarde toute excitée et me demande si j’ai vu des butanding. Ma réponse est non. Je vois dans son regard qu’elle si. Un peu déçu mais il reste encore 2 plongées aujourd’hui.

On se dirige vers le Manta Bowl où on a plus de chance d’en croiser. La première plongée m’a permis de m’habituer aux appareils photos prêtés par Poulouk et de faire quelques bons clichés de nudibranches (limaces de mer), d’étoiles de mer et de quelques poissons.

Pendant une journée plongée, ce qui est bien, c’est qu’entre deux plongées, on peut faire du snorkeling pour se détendre et profiter du magnifique paysage. Imaginez : le volcan Mayon sur votre gauche et le volcan Bulusan à droite. Deux volcans pour le prix d’un ! Grâce à notre très bon équipage qui arrive à « spotter » les butandings, la journée sera riche en snorkeling avec les requins baleine, en plein milieu du Ticao Pass. Choupi en aura vu 11 et moi 4.

Les deux autres plongées seront sans requins et sans raies. Tant pis ! Espérons que demain soit la bonne pour voir les gentils géants en mode plongée. L’avantage de les voir en snorkeling c’est qu’on a souvent une meilleure visibilité et qu’ils viennent frôler la surface !

En revenant au centre du village en tricycle, je perds ma casquette et manque de sauter en marche pour la récupérer. En tongs, ça aurait été une mauvaise idée…

Après cette journée forte en émotions, on mange à côté de notre guesthouse, au coin de la rue dans un petit restaurant local, chez Julia. Rien à voir avec les restaurants des resorts visités la veille. Ici, on a un videoke (karaoké vidéo, le hobby favori des Philippins) et des plats typiques. On mange avec Zaldy et 4 autres personne de la guesthouse. Au menu, Bicol Express (on est devenu addicts) et un Pork Sisig (porc épicé avec un oeuf au plat et du riz).

Plongée et snorkeling à Donsol (jour 2)

Jeudi 27 avril

Deuxième journée plongée. Rebelote, lever à 5h30 comme hier. Aujourd’hui, on sera 9 plongeurs plus Choupi en snorkeling. Toujours aussi chaud même à 7h du matin… On va essayer de ne pas attraper de coups de soleil comme les nombreux touristes croisés depuis Batad.

Aujourd’hui, mon rêve s’exauce : 2 superbes requins de 9-10 mètres passent devant nous lors de la descente. Les impressionnantes bestioles passent au dessus de nous et occultent le soleil. Effet saisissant, j’en ai les larmes aux yeux. Pas très pratique en plongée 🙂 On en voit encore quelques uns lors des pauses snorkeling dans la journée, pour la forme.

Comme hier, super repas préparé par le crew à l’arrière du bateau avec les petits BBQ installés à la sauce philippine. On rigole bien avec l’équipage et Jasper, un néerlandais qui fait le tour des clubs de plongée pour prendre des photos et les vendre. Il me montre 2-3 astuces pour prendre des photos sous marines.

Contrat rempli et haut la main aujourd’hui. Notre tête et la carte mémoire sont remplies d’images sous marines de requins baleine, de nudibranches, d’hippocampes, d’anémones, de poissons clown, … Encore merci à tout l’équipage du Bicol Dive Center qui nous a fait passer 2 jours de folie, sur l’eau et sous l’eau !

De retour à la guesthouse, je me promène seul sur la plage qui jouxte notre bungalow. Plage de sable noir, bateaux échoués à marée basse, soleil qui se couche… Parfait pour quelques photos et laisser ses pensées gambader. Assez pour me prendre le pied dans une ancre qui dépasse. Résultat, un bon petit accroc sur le côté du pied. Sympa quand on sait que dans les pays tropicaux, la cicatrisation est compliquée.

Durant ma baladounette, je croise une Philippine, Fanny, qui nous invite à manger avec elle une fois qu’elle aura fini ce qu’elle faisait. On se donne donc rendez-vous chez Julia. On attend, on attend, mais elle ne viendra pas. Ça nous rappelle quelques rendez-vous manqués à Lombok. Pas grave, on passe notre deuxième soirée avec Zaldy, deux Allemandes et un Turc à chanter des tubes philippins et internationaux sur le videoke.

Mayan Payan Hills et la Jovellar River

Vendredi 28 avril

Pour notre dernier jour, notre pote Zaldy nous propose une journée moto. C’est parti pour découvrir les meilleurs spots de la région à trois sur son fidèle destrier. Premier arrêt aux Quitinday Green Hills. Présentées comme les concurrentes directes des Chocolate Hills surpeuplées de Cebu, ces collines se sont formées il y a des dizaines de millions d’années lorsque le lieu était encore sous les eaux et peuplé de coraux. Elles sont facilement reconnaissables par leurs formes arrondies et leur vert chatoyant. Après une petite montée le long d’un sentier, vous aurez un panorama sur toute la région, toujours avec le Mont Mayon en arrière-plan.

Deuxième spot de la journée : le village de Jovellar et son Underground River. A plusieurs endroits aux Philippines, il vous est possible de naviguer sur des rafts en bambou pour traverser des rivières souterraines. Le plus connu et le plus long est situé à Puerto Princesa sur l’île de Palawan. Après s’être enregistré au bureau touristique et pris une photo avec notre guide Abigail, nous partons découvrir la rivière et les grottes. L’eau a une couleur émeraude et est très fraîche, ça fait du bien vu la température extérieure ! Avec Abigail, on fait un saut depuis la falaise de 10m avant de rejoindre Zaldy qui nous attend à un stand où on vend des fruits. On mange quelques papayes et bananes philippines (avec grosses graines) avec Abigail et ses copines avant de repartir à la guesthouse.

Pour dîner, on va chez Mary Ann et Jonathan, des amis de Zaldy, qui nous a proposé de dîner chez eux dans le cadre d’un programme qui vise à aider la communauté de Donsol. En bref, on paye l’équivalent d’un bon repas pour qu’ils aillent chercher les aliments pour le soir puis on apprend à cuisiner quelques spécialités locales avec eux. Comme la plupart des Philippins, Jonathan nous raconte sa vie, nous parle de ses enfants, s’intéresse à la France. Il nous parle des typhons qui ont ravagé sa maison et qui sévissent plus d’une trentaine de fois chaque année, c’est pourquoi lui et sa famille vivent pour l’instant dans une maison assez sommaire. Mais pas de raison de s’apitoyer nous dit-il, ils sont heureux avec ce qu’ils ont. La famille avant tout. Belle leçon d’humilité.

Jonathan, qui est cuistot, nous donne ses astuces pour préparer un bon repas philippin. Au menu, eggplants (sorte de courgettes) et fleurs de bananier frits, poissons pimentés et ananas. Tout est délicieux ! En cuisinant, je vois des mangues vertes dans un arbre, les délicieuses green mangoes. Ni une ni deux, Jonathan va en cueillir deux ou trois pour l’entrée. Légèrement acidulées, avec un peu de piment, c’est à tomber 😛

On finit la soirée chez Julia (notre QG) avec toute la famille et Zaldy. C’est notre dernière soirée et elle est mémorable : on chante tour à tour du Prince (Kiss est la chanson préférée de Zaldy), du Modern Talking, du Jamiroquai, du Britney Spears ou encore des chansons à l’eau de rose que les Philippins adorent du type « Knife… cuts like a knife ». En fin de soirée, j’échange ma casquette avec le pote à Zaldy qui est conducteur de tricycle et qui nous a trimballé 2-3 fois durant notre séjour.  La guesthouse est juste à côté, on part se coucher et profiter de notre bungalow une dernière fois. Demain, nous changeons d’île pour rejoindre Palawan avec plein de souvenirs. Great memories comme ils disent ici 🙂

Partagez sur les réseaux sociaux :
Vos commentaires
The One from the Box
12 juillet 2017 à 12:29 Répondre

super article, super photos, super expériences ! ça donne carrément envie d’aller aux Philippines nager avec les grands animaux, et découvrir la culture locale.

Choupi et Tibal
12 juillet 2017 à 14:59

Merci Sara 😉
Il faut foncer aux Philippines, l’expérience avec les requins baleine est magique !

Frédéric
12 juillet 2017 à 18:15 Répondre

Bien sympa tout ça.
La bise

Choupi et Tibal
12 juillet 2017 à 22:30

Merci Fred ! Bisous à vous 3

Article suivant

Taytay et son Pasinggatan festival

UN COMMENTAIRE ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *