TAPEZ VOTRE RECHERCHE

Avant de se diriger vers El Nido, dernière étape de notre voyage aux Philippines, nous avions repéré un festival de street dance au nord de Palawan, dans la petite ville de Taytay, ancienne capitale de l’île.  C’est donc parti pour un long trajet van-avion-van pour rejoindre ce village de pêcheurs souvent oublié des touristes. En effet, seuls ceux qui rejoignent les « îles hôtels paradisiaques » à plus de 100$ la nuit comme Flower Island y font escale. On sera donc très tranquille pour les 2 prochains jours. A noter que dans un ancien Lonely Planet, on pouvait lire que Taytay était connue pour abriter dans le lac Malampaya Sound des dugongs et des dauphins d’Irrawady. Malheureusement, les dugongs semblent s’être définitivement éteints dans ces coins là. La chance d’en croiser un est très faible selon les locaux.

Rejoindre Taytay

29 avril

Départ de notre guesthouse de Donsol à 8h pour rejoindre le terminal des bus. On prend les vans publics, pas chers et très efficaces. Comme d’habitude, il faut attendre quelques minutes pour que le rabatteur remplisse le bus mais au bout de 45 minutes c’est parti ! Arrivée à l’aéroport de Legazpi à 10h pour un avion qui décolle à 12h10. On est large.

Premier avion pour Manille puis le deuxième nous emmène à Puerto Princesa, la nouvelle capitale de Palawan. Sur le tarmac, il fait tellement chaud qu’ils distribuent des parapluies aux couleurs de la compagnie aérienne Cebu Pacific pour faire le trajet « porte d’embarquement – porte de l’avion ». Dommage, on ne peut pas garder les parapluies en souvenir 🙂

Un peu d’attente entre les 2 avions (3h) mais on arrive à 18h comme prévu. Une navette de l’hôtel nous cueille à l’aéroport et nous dépose au pied de celui-ci. Pas le genre d’hôtel qu’on aime car assez impersonnel mais pour une nuit, ça passe bien. Et puis faut avouer qu’une journée de transport, ça use . Repas au bord de la piscine et on va se coucher. On ne fera pas la célèbre rivière souterraine de Puerto Princesa par manque de temps mais il faut faire des choix. Puerto Princesa a l’air très bruyante à première vue, de nuit.

30 avril

Petit déjeuner à l’hôtel et on hèle un tricycle qui nous dépose à la van station. Comme El Nido est LE spot de l’île, tous les rabatteurs essayent de nous faire monter dans leur bus. On insiste, on VEUT aller à Taytay. Certains nous disent même qu’il n’y a rien à y faire. Tant pis, on veut le voir de nous mêmes. Le paysage qui défile devant nous est très différent de ce que nous avons vu les deux semaines précédentes, la végétation ressemble presque à la Guadeloupe, avec des flamboyants et d’autres palmiers.

Des amis nous avaient dit que monter jusqu’à Taytay prendrait du temps car une bonne partie de la route n’était pas goudronnée. 3 ans après leur passage, la route est toute neuve et en très bon état. Le trajet est donc rapide. Départ à 8h45 et arrivée vers midi.

Pasinggatan Festival

On débarque à la Casa Rosa, une des seules guesthouses de la ville. C’est un ensemble de petites maisons perchées sur la colline, avec vue sur le Fort Isabela et la baie. Personnel très sympathique et ambiance détendue avec un très bon restaurant, on recommande.

Après le repas, petite sieste car la chaleur est étouffante puis on part à l’assaut du village. C’est marrant, le village est riquiqui mais sur la colline, on peut voir écrit Taytay en énormes lettres comme à Hollywood. On fait le Fort Isabela et le petit port. Le Pasinggatan festival est une semaine de fêtes donc il y a des activités tous les jours. Ça va de l’élection de miss à de la street dance en passant par du nettoyage des plages ou encore de la course à pied. Les Philippins adorent danser, chanter et s’amuser. Presque chaque village a SON festival. Si vous en repérez un lors de votre passage sur l’archipel, c’est à faire. On a raté à une semaine près celui de Donsol qui célèbre les requins baleine, dommage 🙁

Ce soir, c’est élection de Miss Pasinggatan sur le front de mer. On va boire quelques bières Red Horse en regardant le spectacle avant de rejoindre nos chambres et admirer la vue dont on ne se lasse pas. En allant se coucher, on se fait la réflexion qu’à Taytay, il y a énormément de garçons efféminés et maquillés. Pas trouvé d’explication mais c’est le village le plus gay friendly des Philippines apparemment 🙂

1er mai

On part visiter le village de pêcheurs sur pilotis qui est fait de bric et de broc et où l’ambiance est assez pesante, avant de s’abriter dans une église pour fuir la chaleur. Le défilé de danse dans le village commence à 14h à l’autre bout de la ville. On prend donc un tricycle qui nous emmène jusqu’à la Rotonda, départ des différentes troupes de danseurs. Avant que le défilé ne commence, on a le temps de sympathiser avec plusieurs danseurs/danseuses pour prendre quelques clichés et comprendre en quoi consiste le défilé. Les différentes « tribus » autour de Taytay viennent s’affronter avec leurs chorégraphies. Les spectateurs les départageront le soir à l’applaudimètre sur le front de mer.

Le défilé prend un peu de retard, et le soleil tape bien sur le crâne. Heureusement, à 15h ça part mais le défilé met bien 3h pour faire 3-4 kilomètres… Faut pas être pressé 🙂 On arrive à 19h vers le Fort Isabela où les Miss dansent sur la dernière chanson du créateur de Gangnam Style.

On remonte à la guesthouse manger avant de redescendre à ce qu’ils appellent une « party » sur le terrain de basket municipal mais l’ambiance ne décolle pas et c’est plus un repas qu’une piste de danse. On rentre donc préparer nos affaires pour déjà la dernière étape de ce séjour aux Philippines. Demain, direction El Nido et ses lagons paradisiaques, on a hâte.

Partagez sur les réseaux sociaux :