Archives par auteur
8 mai 2016

Roadtrip Italie/Suisse en van avec Blacksheep

Bonjour à tous.

Un peu (voire beaucoup) de silence sur le blog mais nous sommes toujours là, preuve en est la page Facebook qui reste bien active et les ApérosVoyageurs organisés sur Lyon de manière régulière. Un peu moins de voyages ces derniers temps (quoi que) mais surtout moins de temps à passer pour écrire des articles.

Mont Cervin et notre van

Mont Cervin et notre van

Aujourd’hui, on vous emmène faire un petit tour en Italie du Nord et en Suisse en mode roadtrip van. Comme cette année, il n’y avait pas beaucoup de ponts en mai et plus trop de vacances à poser, on s’est payé un van tout confort pour aller sillonner les routes montagneuses de Suisse et découvrir la région des lacs italiens.

Après avoir fait le tour des quelques prestataires du marché, notre choix s’est porté sur la sympathique équipe de Blacksheep Lyon. Je ne vais pas vous faire tout le détail de leurs prestations mais les véhicules sont neufs et vraiment bien équipés. Possibilité d’ajouter des options ou des kilomètres supplémentaires par rapport au forfait journalier. On est parti sur le van California Confort, prévu plutôt pour 4 personnes (2 dans la tente popup, 2 sur le clic clac en bas). C’est surtout le seul qui proposait un chauffage stationnaire, ce qui n’est pas négligeable quand on part en montagne et qu’on avoisine des nuits à 0 degré 🙂

Sortie du tunnel

Sortie du tunnel

Au départ, nous avions prévu de commencer par la Suisse et de finir la boucle par l’Italie mais vu les conditions météo assez catastrophiques de ce mois de mai, nous avons changé nos plans au dernier moment pour faire la route en sens inverse. Bien nous en a pris, nous n’aurons sur les 6 jours que 10 minutes de pluie et pas mal de soleil !

Lundi 2 mai.

Récupération du van dès l’ouverture, petites explications sur le fonctionnement du van et c’est parti pour l’aventure. Mini cuisine, placards, lumières, tout est extrêmement bien pensé dans le but de gagner de la place ! La conduite est très agréable, mais je ne vais pas vous faire un article « Auto Plus »…

On quitte Lyon et on regarde pour passer par le col du petit Saint Bernard. Arrivés dans les environs de Bourg Saint Maurice, on s’aperçoit que le col est fermé en raison des dernières chutes de neige. On regarde si on peut passer un peu plus au Sud mais les cols sont également fermés. Seule solution ? Passer par le tunnel du Mont Blanc pour rejoindre la vallée d’Aoste. On part donc pour Chamonix et on prend le tunnel, très cher pour le peu de kilomètres : plus de 40€ la traversée…

Entrèves

Entrèves

A l’autre bout du tunnel nous accueille le délicieux petit village d’Entrèves, premier village italien après la frontière. Toits en ardoise, soleil et montagnes, que du bonheur pour commencer ce périple. Petite promenade puis nous rejoignons Courmayeur et Morgex. De nombreux châteaux et églises sont présents dans la vallée.

Eglise vallée d'Aoste

Eglise vallée d’Aoste

Eglise vallée d'Aoste

Eglise vallée d’Aoste

Eglise italienne

Eglise italienne

Château vallée d'Aoste

Château vallée d’Aoste

Nous empruntons en fin d’après-midi le val de Cogne pour monter jusqu’à Cogne, qui se trouve dans le parc du Grand Paradis. Après quelques virages/épingles, nous arrivons dans un petit village typique de la vallée d’Aoste, parfait pour randonner et découvrir la faune environnante (principalement des bouquetins). On achète quelques provisions dans une épicerie et un peu de génépi local pour faire notre premier apéro dans le van.

Cuisine dans le van

Cuisine dans le van

Mardi 3 mai.

Nuit à environ 0 degrés, le  réveil est un peu rude, surtout sans douche. On se fait une toilette de chat dans les toilettes publiques à l’entrée du village et on repart déjà. Visite d’Aoste, promenade dans la ville aux façades colorées et café italien bien serré sur la place de l’hôtel de ville. On finit par le théâtre romain ou plutôt les vestiges avant de se diriger vers une étape clé de notre parcours : Breuil Cervinia.

Arrivée pour midi à Breuil Cervinia, qui se trouve être l’écrin du fameux Mont Cervin (connu aussi sous le nom de Matterhorn du côté suisse quand vous venez de Zermatt). On pose le van face au sommet mythique et on mange devant, avant qu’il ne disparaisse dans les nuages au moment du café. Coup de bol ! Il y a encore de la neige et les sentiers ne sont pas trop accessibles, mais nous faisons rapidement la petite balade autour du Lago Blau (lac bleu).

Pic nic Matterhorn

Pic nic Matterhorn

Lago Blau

Lago Blau

Théâtre romain

Théâtre romain

Mont Cervin

Mont Cervin

Pour le soir, nous roulons jusqu’au Lago di Orta, premier des lacs italiens que nous croiserons. Nous nous arrêtons dans un camping qui donne sur le lac pour bénéficier d’une douche chaude ce soir 🙂 Superbe vue sur le lac avec une petite pizza.

Mercredi 4 mai.

Quelques photos matinales du lac puis direction le petit village d’Orta San Giulio où nous errons dans les rues colorées. Vue sur l’île Saint Jules avant de reprendre notre van laissé sur un parking. En Italie, on en a passé des euros dans les parcmètres !

Tuktuk italien

Tuktuk italien

Ile Saint Jules

Ile Saint Jules

Lago di Orta

Lago di Orta

Orta San Giulio

Orta San Giulio

Nous arrivons au Lac Majeur au niveau de Verbania et longeons la partie Ouest jusqu’à la pointe Sud. Au loin les îles Borromées et leur horde de touristes. Après Arona, on part en direction du lac de Varese et de quelques autres petits lacs qui sont sur la route mais ils ne sont pas exceptionnels. Petite averse très rapide avant d’arriver sur la ville de Côme et son lac. Restaurant en amoureux au bord du lac et on se met en quête d’un endroit où dormir grâce à l’appli Park4Night. Elle nous trouve un petit parking qui donne direct sur le lac, très silencieux, avec peu de passage. Bonus, une statue du Christ est éclairée dans l’eau toute la nuit 🙂

Como

Como

Iles Borromées

Iles Borromées

Ciao Bellagio

Ciao Bellagio

Epicerie

Epicerie

Jeudi 5 mai.

Après une bonne nuit bercés par le roulis de l’eau du lac, nous partons pour la ville de Bellagio. La route est assez escarpée mais vaut sacrément le détour. Par endroits, on passe difficilement avec le van si un camion arrive en face. Tout le long de la côte se trouvent des villas italiennes superbes. Le seul hic : on ne peut que rarement accéder au lac ou à des plages car quasi tout est privatisé.

Balade dans Bellagio puis on prend le ferry vers Cadenabbia. Le trajet est rapide (15mn) et permet d’éviter de refaire la route en sens inverse pour rejoindre cette fois Menaggio et Tremezzo. Déambulation et repas, quelques pieds dans l’eau mais elle est encore froide.

Fontaine avec vue

Fontaine avec vue

Trempette pour les pieds

Trempette pour les pieds

Menaggio

Menaggio

Port de Menaggio

Port de Menaggio

Fin d’après-midi, nous quittons déjà l’Italie du Nord pour rejoindre la Suisse via Lugano. Direction le col du Saint Gothard. Un col me direz-vous ? On s’était fait piéger au début du trip et bien rebelote. Même en ayant regardé sur Internet, impossible de trouver une information valable sur l’ouverture du Saint Gothard. On voit « première quinzaine de mai » sur certains sites, mais pas plus que ça. On commence les premiers lacets mais au bout d’un moment, un panneau « interdit » nous fait faire demi tour (en plus de la neige qui occupe de plus en plus la chaussée). Les cols ne nous aiment donc pas cette année…

Le soleil est déjà bien bas, nous regardons les alternatives pour rejoindre notre prochaine étape : la région d’Interlaken. Il y a bien deux autres routes mais chacune a un col à franchir et sur Internet, ceux-ci sont indiqués « fermé ». On se retrouve malins. On demande dans un village et la seule solution est de prendre le tunnel du Saint Gothard. Ce tunnel est sur l’autoroute suisse. Jusque là on avait évité les autoroutes pour prendre notre temps et ne pas payer inutilement mais là on est obligé de s’embarquer dessus. En venant de France et en allant en Suisse, on a l’habitude de passer la frontière et prendre la vignette pour emprunter les autoroutes mais là on débarque sur l’autoroute directement sans aucun moyen d’acheter la vignette. On fait donc les quelques kilomètres du tunnel puis on sort pour rejoindre le lac de Brienz en passant par des paysages de montagne grandioses. Pour finir cette journée mouvementée, nous nous posons dans un camping pour la nuit.

Lac de Brienz

Lac de Brienz

Vendredi 6 mai.

De Brienz, nous rejoignons le village de Lauterbrünnen, point de départ de nombreuses randonnées dans la région de la Jungfrau. Cette vallée est surnommée à juste titre la vallée des 72 cascades. En effet, quelle que soit la direction où vous regardez, vous pourrez apercevoir une cascade. On part pour une randonnée jusqu’à Wengen, petit village où les voitures sont bannies et seul un train y monte. Après plus de 2h de montée assez rude, nous arrivons pour pique niquer là haut, avec une vue impressionnante sur la Jungfrau. Redescente par un autre chemin, tout aussi pentu.

Train pour Wengen

Train pour Wengen

Vue sur la Jungfrau

Vue sur la Jungfrau

Lauterbrunnen

Lauterbrunnen

Lac de Brienz

Lac de Brienz

Après cette bonne randonnée, nous partons pour la vallée voisine de Grindenwald pour contempler le Mont Eiger. Énormément de Japonais, peut être même plus qu’à Chamonix ! Bière en terrasse avec vue sur la montagne et les parapentistes. Les nombreux chalets et les pelouses suisses parfaites donnent un petit air d’Hobbitbourg à ces paysages 🙂

On s’arrête un peu après Interlaken pour passer la nuit avec un beau soleil couchant sur le lac de Thoune.

Mont Eiger

Mont Eiger

Visiteur du matin

Visiteur du matin

Apéro time

Apéro time

Thoune

Thoune

Samedi 7 mai.

Direction Thoune pour un café, une balade dans la ville à l’eau turquoise et une petite brocante en prime. On participe à un jeu sur le marché de la place et on gagne chacun une viennoiserie. Sympa comme petit-déj !

Pour midi, nous nous arrêtons dans le village de Gruyères, célèbre pour son fromage, son château et son musée Giger (créateur d’Alien). Dégustation de röstis pour Choupi et d’une fondue moitié-moitié (vacherin-gruyère) pour moi. On repart le ventre plein pour visiter la bourgeoise cité de Gstaadt. Rien d’exceptionnel si ce n’est des enseignes de luxe partout.

Passage par le col du Pillon et Glacier 3000, station qui permet de skier été comme hiver, de faire de la luge et bien d’autres activités. Redescente sur les Diablerets pour acheter 2-3 produits locaux pour la soirée.

Nuit au bord du Lac Léman dans un camping moyen.

Pub Milka

Pub Milka

Fondue et röstis

Fondue et röstis

Musée Giger

Musée Giger

Dents

Dents

Dimanche 8 mai.

Argh déjà le dernier jour… Tour du lac Léman en passant par Montreux, Vevey, Lavaux et ses vignes, Lausanne et Nyon, avant de passer dans le Jura et la station des Rousses, histoire de ne pas rentrer direct sur Lyon. Nettoyage du van et récupération de notre voiture chez Blacksheep, que la semaine est passée vite mais nous en avons pris plein les mirettes !

Chapelle à Gstaadt

Chapelle à Gstaadt

Hobbitbourg

Hobbitbourg

Vignes de Lavaux

Vignes de Lavaux

Lac Léman

Lac Léman

Un peu plus de 1500km au compteur pour ce roadtrip en van en 6 jours, vu beaucoup de lacs et de montagnes majestueuses, en espérant vous avoir donné envie de découvrir ce mode de transport/voyage atypique et très confortable !

Plus de photos sur notre Flickr

3 mai 2014

Tokyo is kawaii !

Pour finir en beauté notre séjour au Japon, nous nous sommes réservés une semaine pour parcourir les différents quartiers de Tokyo. Et croyez-nous, ça n’est pas de trop ! Tokyo est composée d’une multitude de quartiers qui ont chacun leur propre identité : certains sont dédiés aux fringues, d’autres au vintage, d’autres aux jeux vidéos, d’autres aux bars et lieux de perdition… Bref, il y en a pour tous les goûts ! Découvrez dans cet article notre errance dans Tokyo.

3 mai. Après le gargantuesque petit déjeuner du minshuku de Takayama, nous voilà repartis pour la gare. Comme à l’aller, TER jusqu’à Nagoya suivi du Shinkansen. Pratique quand même ce JR Pass qui permet de naviguer à volonté dans le pays ! Sur la route, nous apercevons à toute vitesse le majestueux Mont Fuji (Fuji-San).

Mont Fuji depuis le Shinkansen

Mont Fuji depuis le Shinkansen

Pas le temps de prendre des photos, nous voilà déjà arrivés à Tokyo. Nous quittons le train vers 15h, et prenons le métro pour rejoindre Harajuku, où nous avons loué un petit studio avec AirBnB. Pas spécialement donné mais c’est tout cosy et dans un quartier très bien placé, à l’entrée de la fameuse Takeshita Street.

On pose nos affaires, et on part explorer le quartier. Harajuku est le temple des fringues pour ados : vous pouvez trouver toutes sortes de vêtements, de la strawberry lolita à la gothique, en passant par les couleurs pop et fluos et le style punk. Dans les magasins, interdit de prendre des photos la plupart du temps, dommage 🙂

Balade à pied dans les grosses artères commerçantes, les magasins sont déments, autant par leur grandeur que par leur architecture. A force de marcher, on arrive dans le quartier de Shibuya, célèbre pour son X-crossing (passage piéton en X) vu dans « Lost in translation ». Ya pas à dire, il y a du monde à ce carrefour… Mais tout semble très zen, pas de bousculade, c’est fluide !

Pour le dîner, on s’arrête dans un comptoir où il n’y a que des Japonais. 10€ les 2 bols de porc-oignon sur riz avec 2 bières, en plein Shibuya, le Japon n’est vraiment pas cher quand vous avez faim 🙂 En retournant vers notre quartier à pied, on s’arrête devant la statue de Hachiko, point de rendez-vous pour de nombreuses personnes à Shibuya. Elle représente un chien. L’histoire raconte que le chien accompagnait toujours son maître et le jour où le maître est mort, Hachiko a continué à venir au même endroit pendant 10 années. On passe ensuite devant Shibuya 109, un bâtiment énorme avec que des magasins de fringues pour filles. Je suis un des seuls mecs dedans, tout est « so girly » et les vendeuses ont toutes un look kawaii. Encore une fois, pas de photos à l’intérieur, grrrr. Le français a toujours la cote avec les nombreux tee shirts ou accessoires mode écrits en franponais.

Zombie girl

Zombie girl

Shibuya 109

Shibuya 109

Porc bouilli sur lit de riz

Porc bouilli sur lit de riz

Tee shirts colorés

Tee shirts colorés

Franponais

Franponais

Franponais bis

Franponais bis

Chaussures custom

Chaussures custom

Architecture tokyoïte

Architecture tokyoïte

4 mai. Lever et petit déjeuner dans l’appartement, c’est fou de se dire qu’on est à Tokyo !

On part dans le quartier de Shinjuku, réputé pour ses divertissements mais forcément le matin, c’est assez calme. On repassera le soir ! On continue vers le Yoyogi Park pour se promener. On nous avait dit qu’il y avait des cosplayers parfois mais pas de trace de personnes habillées aux couleurs de leurs héros de manga préférés. On visite le temple Meiji Jingu et assistons à plusieurs mariages traditionnels, belle cérémonie.

Enseignes dans Shinjuku

Enseignes dans Shinjuku

Buildings de Shinjuku

Buildings de Shinjuku

Mariage traditionnel

Mariage traditionnel

Parc du Meiji Jingu

Parc du Meiji Jingu

Métro

Métro

Plan de métro

Plan de métro

Sortie de métro

Sortie de métro

Heure de pointe

Heure de pointe

On tente ensuite un autre quartier, qui n’est pas forcément sur les guides : Daikanyama. Plein de boutiques bobo vintage avec plein de produits importés de France qui se vendent assez chers. Par exemple, des vieux porte clés des 80s/90s français se vendent plus de 10€ alors que sur les brocantes françaises, on les trouve à 50 centimes voire moins. Il ne faut pas oublier que tout ce qui touche à la France fait souvent fantasmer les Japonais. On peut trouver également des jolis vêtements des seventies avec des boutiques dédiées. Le quartier est très joli, avec des habitations et des magasins qui font rarement plus de 3 étages. Chaque quartier est une ville dans la ville.

Friperie à Daikanyama

Friperie à Daikanyama

Boutique toute mimi

Boutique toute mimi

Fleuriste

Fleuriste

Boutiques vintage

Boutiques vintage

Bâtiment d'une université

Bâtiment d’une université

Jumelles ?

Jumelles ?

Shibuya crossing

Shibuya crossing

Attention au upskirting !

Attention au upskirting !

On repart pour Shibuya et on s’arrête dîner dans un restaurant indien. Bah quoi, c’est pas interdit ? 🙂 On prend quelques photos du Shibuya Crossing vu du haut, toujours aussi hallucinant. Qui dit lieu touristique dit cabine de purikura, donc on reprend des photos kitsch dans le photomaton.

Purikura souvenir

Purikura souvenir

On retente le quartier de Shinjuku pour finir la soirée. A cette heure ci c’est plus animé ! On fait le Kabukicho, quartier des plaisirs, réputé « chaud », avec ses nombreux bars à hôtesses et ses racoleurs. Effectivement il y a pas mal de love hotels, de bars à strip tease et de soap land mais il y a également des bars « classiques ». Et tous ces néons qui brillent, ça attire l’oeil ! On prend une ou deux bières dans un bar qui retransmettait un match de ping pong (rien à voir avec un ping pong show thaï, attention).

Kabukicho

Kabukicho

Kabukicho

Kabukicho

Golden Gai

Golden Gai

Barmen du Golden Gai

Barmen du Golden Gai

En sortant de Kabukicho, on se met à la recherche du Golden Gai. Ce quartier est constitué de mini bars qui ne peuvent accueillir que quelques clients. Certains n’en accueillent que 4-5 🙂 Vu la place, la plupart sont réservés aux habitués des lieux mais certains sont ouverts à tous. On arrive à rentrer dans un qui se situe au premier étage. L’escalier qui monte au bar est recouvert de plumes rouges, on ne sait pas trop où on arrive. Dans ces bars, la plupart du temps, vous devez payer pour entrer et ensuite vous pouvez consommer. Celui qu’on choisit n’a pas de droit d’entrée. On boit un saké, on discute avec les barmens et on finit par une liqueur de thé vert avant de rentrer. Encore une bonne journée !

5 mai. 5h20 du matin. On se réveille les 2 en même temps, l’appartement tremble. On se lève difficilement, et on assiste impuissants à un tremblement de terre. Plus de 6 sur l’échelle de Richter quand même ! Rien de bien méchant mais ça surprend, surtout durant le sommeil !

Affichage dans le métro

Affichage dans le métro

On prend notre petit déjeuner et on part prendre le métro pour Nakano, un quartier que nous avait recommandé notre hôte. Il pleut et on ne trouve pas ça terrible, on en profite donc pour passer à la poste et écrire nos cartes.

Fresque Ozamu Tezuka, papa d'Astro et Princesse Saphir

Ozamu Tezuka, papa d’Astro et Princesse Saphir

On retourne vers Shinjuku pour passer au Tourist Information Center. Il est situé dans un grand bâtiment et l’avantage est qu’on peut monter au 45ème étage pour avoir une vue sur une partie de la ville. On récupère quelques informations sur les différents quartiers et on repart visiter un nouveau quartier : Shinokitazawa. En consultant les différents prospectus, on s’aperçoit qu’on n’était pas au Yoyogi park la dernière fois mais au parc situé juste à côté. Le quartier de Shinokitazawa est très hipster, avec beaucoup de boutiques vintage, des librairies, des disquaires, des cafés qui donnent envie de se poser, avec plein de petites ruelles où l’on peut se perdre… Tout ce qu’on adore ! On mange le midi un ramen et des gyozas. Choupi goûte sans savoir le nattō (haricots de soja fermentés), c’est vraiment spécial. Il paraît qu’on s’y habitue quand on vit ici, mais franchement au premier abord c’est assez repoussant, tant par le goût que par l’aspect.

Vue depuis la tour

Vue depuis la tour

Friperies à Shinokitazawa

Friperies à Shinokitazawa

Ramen et natto

Ramen et natto

Bon appétit

Bon appétit

On avait repéré durant notre balade un usagi café mais il était complet et il nous avait dit de repasser plus tard. On s’y arrête donc de nouveau et c’est bon pour cet horaire. Mais kézako un usagi café ? Un bar à lapins évidemment ! Après le bar à chats, comment ne pas craquer devant le bar à lapins où tout est décoré avec des lapins, et où on peut passer un peu de temps avec des lapins dans leurs grandes cages. Très très bon comme expérience, 30 minutes trop cute 🙂 On continue notre petite balade jusqu’au soir où on finit dans un restaurant spécialisé dans les currys.

Lapinou

Lapinou

Décor lapinesque

Décor lapinesque

Mon nouveau pote

Mon nouveau pote

Curry très copieux

Curry très copieux

Pour clôturer notre journée, on tombe sur un bar au 3ème étage où une barmaid bien sympathique nous fait la causette et passe des vinyls. Au bout de quelques minutes, elle me propose même de passer de la musique. J’ai mon iPod, je passe de la musique française (elle connaît France Gall, Brigitte Bardot, …) et de la britpop.

Bar dans Shinokitazawa

Bar dans Shinokitazawa

6 mai. On se lève et on file au Yoyogi Park qu’on avait raté précédemment. Beaucoup de gens pique-niquent alors que le temps est assez froid. On avait lu sur le magazine Timeout qu’il y avait une brocante aujourd’hui dans le parc. On cherche un peu et on tombe sur une énorme brocante avec beaucoup de fringues et des looks hétéroclites. On achète plein de petits trucs : des baskets, une robe, des gundams (figurines robots) et d’autres trucs. On passe au 100 yens shop à côté de chez nous acheter quelques souvenirs. C’est un magasin type « Foire fouille » où tout est à 100 yens (70 centimes d’euro). Vous pouvez trouver de la nourriture, des vêtements mais surtout plein d’accessoires ou de gadgets qui n’existent pas en France. Pratique pour ramener des souvenirs 🙂

Pink Floyd

Pink Floyd

Redhead girl

Redhead girl

Miss trolls

Miss trolls

Yoyogi girl

Yoyogi girl

Gangstas

Gangstas

Chaussures stylées

Chaussures stylées

Brocanteuse

Brocanteuse

Brocanteurs

Brocanteurs

On mange un tsukamen (nouilles ramen sans le bouillon) dans le quartier puis on part sur l’île d’Odaiba, l’île artificielle dans la baie de Tokyo. Pour le coup, cette île est un bond dans le 22ème siècle ! On prend un monorail pour y accéder, il nous fait serpenter entre les buildings. On se croirait dans un parc d’attractions mais non, c’est juste un « métro » aérien. Arrivés sur l’île, on débarque dans un immense mall qui reconstitue l’époque Showa. Il y a des salles complètes remplies de jeux vintage (premiers street fighter, mario bros, …). On se fait un Flipper Mario comme des gamins. Plein de boutiques proposent des gadgets et des figurines de tout et n’importe quoi, difficile de se concentrer dans cet univers foufou 🙂

Flipper Mario

Flipper Mario

Joueur et sa groupie

Joueur et sa groupie

Le seul et unique

Le seul et unique

Mascotte Takoyaki

Mascotte Takoyaki

Pour le goûter, on se prend une crêpe fourrée et un thé aux bulles de tapioca. En sortant du mall, on a vue sur la statue de la Liberté (enfin, une réplique !) et sur le Rainbow Bridge. La vue sur Tokyo est magnifique avec la nuit qui tombe et la Tokyo Tower rouge au loin. On continue notre promenade et on tombe nez à nez avec un Gundam géant. Il est 19h et on tombe pile pour un jeu qu’organise la chaîne de télé sur les murs de leur façade. Leur bâtiment est déjà impressionnant en journée mais quand on se retrouve à jouer depuis un iPad à un jeu de rapidité sur les murs de la façade, c’est dément. J’ai un peu honte, on a joué contre des petits Japonais de 7-8 ans et j’ai gagné.

Statue de la liberté

Statue de la liberté

Façade de la chaîne télé

Façade de la chaîne télé

Escaliers de Fuji TV

Escaliers de Fuji TV

Gundam géant

Gundam géant

Au loin, on voit qu’il y a encore d’autres bâtiments, on se dirige donc vers un autre mall et on assiste à une soirée hawaienne où l’on peut déguster de la bière hawaienne. On va de surprise en surprise sur cette île et pour parachever la soirée on tombe sur une Oktoberfestbier (normal, on est en mai…). L’ambiance est survoltée avec pas mal de Japonais bien éméchés et qui chantent avec un groupe de musiciens autrichiens « ein prösit » sur scène. Choupi aura le droit à un massage bien vigoureux. On boit quelques bières et on rentre par notre petit monorail.

Oktoberfestbier

Oktoberfestbier

Chopes bien vides

Chopes bien vides

Massage japonais

Massage japonais

Un jour à Tokyo

Un jour à Tokyo

7 mai. On part en direction d’Akihabara surnommée la ville électrique. C’est le quartier des otakus, dédié à la culture manga et aux jeux vidéos mais aussi à tout ce qui touche à l’électronique et à la high tech. On trouve des magasins sur plusieurs étages, dédiés aux figurines, aux mangas, aux jeux vidéo… Un truc assez bizarre ici est la frontière entre le contenu adulte et le reste. Vous pouvez parcourir un rayon de mangas pour ados et à côté, aux yeux de tous, voir des trucs bien salaces. On s’arrête dans un des bâtiments SEGA, où chaque étage est dédié à un type de jeux (course auto, fight, plateforme, pinces…). On essaye de gagner quelque chose aux pinces, mais c’est comme partout, c’est un attrape nigaud 🙂 On rentre dans un Super Potato, une sorte de musée du jeu vidéo. Vous pouvez trouver et tester des dizaines et des dizaines de jeux vidéos et de consoles anciennes. Original, même si ça sent fortement le tabac et la sueur.

Le temple SEGA

Le temple SEGA

Façades Akihabara

Façades Akihabara

Pinces

Pinces

Super Potato

Super Potato

On ressort. Dans la rue, il y a plein de maids qui racolent pour leurs cafés. C’est également le marché des pièces d’électroniques neuves et d’occasion. Vous pouvez à peu près trouver tout et n’importe quoi. Tout se marchande et se vend. On se fait une petite partie de Mariokart et on achète une bonne dizaines de figurines pour les souvenirs avant de rejoindre le parc d’Ueno. Balade dans le parc, petite brochette de poulpes à côté d’une mare et on rentre à l’appart déposer nos achats de la journée. On a pris sur le chemin quelques bonbons, les emballages donnent trop envie. On goûte également le KitKat thé vert. Au Japon, chaque région a un KitKat différent. Vous pourrez en trouver à la fraise, au wasabi, au thé vert et d’autres encore.

Stand de brochettes

Stand de brochettes

Baseball player

Baseball player

Sucreries japonaises

Sucreries japonaises

Kit Kat vert

Kit Kat vert

Pour la soirée, on décide d’aller à Love Hotel Hill, la colline des Love Hotel. On en regarde une vingtaine mais aucun ne nous plaît, pas de chambres funny comme on avait pu voir sur Internet, on abandonne. La plupart sont cheaps voir pas entretenus et on sent qu’il y a beaucoup de prostitution dans le quartier. Pas très glamour. Comme les Japonais ont très peu d’espace chez eux, les Love Hotel permettent de passer un peu de temps en couple sans déranger les parents par exemple. Les hôtels peuvent se payer à l’heure ou à la nuit, en toute discrétion.

On mange des brochettes dans un restaurant où le serveur nous explique qu’il a fait l’école hôtelière de Lyon. Foufou non ? Sur la route du retour, on tente de faire un karaoké mais ils ne nous proposent que des cabines privées donc chanter juste tous les 2, ça ne nous emballe pas de trop. Tant pis. On rentre et on croise un Japonais avec qui on avait discuté la veille à l’Oktoberfest, il reprend des photos avec nous.

8 mai. Matinée dédiée à la visite du célèbre musée Ghibli, situé à Mitaka. Sur la route, on croise Kiki la petite sorcière.

Kiki la petite sorcière

Kiki la petite sorcière

Vraiment bien foutu ce musée avec plein d’explications et d’expérimentations sur les techniques traditionnelles d’animation du créateur, Hayao Miyazaki. On peut feuilleter des livres de croquis, de dessins et on a le droit à un petit film. C’est énorme, il s’est inspiré de l’Alsace pour beaucoup de ses décors ! Avec votre entrée du musée, vous obtiendrez un bout de pellicule d’un des films de Ghibli, plutôt sympa comme souvenir. On ne peut pas prendre de photos à l’intérieur, dommage. Je me rabats sur la boutique de souvenirs où j’achète le livre de Totoro en japonais et quelques tampons encreurs 🙂

Arrêt de bus Totoro

Arrêt de bus Totoro

Extérieur musée Ghibli

Extérieur musée Ghibli

Robot de Laputa

Robot de Laputa

Totoros

Totoros

On quitte Mitaka pour faire les quartiers de Kochijoji et Koenji, toujours recommandés par notre hôte. Vraiment de bon conseil, les quartiers qu’elle nous a donnés ont tous leur charme et il n’y a pas un touriste occidental ou presque. Achat de deux vinyls et encore quelques babioles. On tombe sur un magasin dédié à l’univers Star Wars avec des objets vraiment rares. Décidément, le Japon sera un des pays où l’on aura ramené le plus de souvenirs ! On fait une petite pause dans un donut café qui fait des donuts en forme de phoque, de chat ou de totoro.

Bouche d'égout

Bouche d’égout

Goûter kawaii

Goûter kawaii

Quartier de Kochijoji

Quartier de Kochijoji

Tonkatsu et poulet crispy

Tonkatsu et poulet crispy

On rentre à l’appart pour faire nos sacs, c’est le moment de quitter notre petit studio d’Harajuku pour rejoindre le lieu où nous passerons notre dernière nuit : un capsule hotel ! Difficile de faire rentrer tous nos souvenirs dans nos gros sacs… Après s’être trompé d’hôtel, on trouve enfin notre capsule hotel. J’avais imprimé le plan pour un hôtel du même nom mais qui était carrément la gamme au dessus.

Notre capsule hotel possède un jacuzzi et un sauna, plutôt cool après notre semaine tokyoïte ! Les capsule hotel sont comme son nom l’indique des capsules pour passer la nuit. C’est très très petit, il y a juste la place pour dormir, avec une télé fixée sur les parois. Généralement, on met ses affaires dans des casiers et des chaussons et un yukata (kimono d’été) vous sont prêtés pour aller au jacuzzi et à la douche. Pour notre dernière soirée, on avait pris une capsule mixte, réservée aux touristes, où nous pouvions être deux dedans 🙂

On redescend manger dans un izakaya (bar) où ils servent du saumon grillé et des tempuras (légumes et poissons frits). Le quartier est assez excentré dans Tokyo et personne ne parle anglais mais on arrive quand même à se faire comprendre.

Sans english menu

Sans english menu

Restaurant

Restaurant

Au comptoir

Au comptoir

Nos capsules

Nos capsules

9 mai. Après une bonne nuit en capsule où l’on a dormi comme des loirs, on reprend nos sacs et on se dirige vers la station de Tokyo pour poser nos sacs. Et oui, ici il y a encore des casiers où l’on peut déposer nos sacs à dos, ce qui a disparu en France depuis Vigipirate. Il y a également des toilettes super propres dans les stations de métro et les gares, ce qui est vraiment agréable quand on marche toute la journée. On est sur la ligne JR, donc on retourne dans le quartier d’Akihabara pour tuer le temps en attendant de retourner à l’aéroport ce soir. Le ciel est orageux aujourd’hui et une averse commence à tomber. On se réfugie dans un restaurant pour manger des sushis et un autre plat.

On finit notre après midi par un maid café, on y prend goût ! On commande 2 thés et des desserts trop cute. Mes pancakes représentent un chien et la glace de Choupi représente un lapin. La serveuse nous demande ce qu’on veut comme dessin dans notre thé, Choupi répond « neko » (chat) et moi « kuma » (ours). On maîtrise le japonais non ? Encore une petite photo polaroïd souvenir avant de rejoindre la station de Tokyo pour récupérer nos sacs et prendre la direction de l’aéroport avec une bonne boule au ventre. Ces 3 semaines sont passées si vite !

Strawberry lolita

Strawberry lolita

Thés du maid café

Thés du maid café

Desserts du maid café

Desserts du maid café

Polaroid souvenir

Polaroid souvenir

Décollage d’avion à 22h.

13h d’avion plus tard, nous arrivons à l’aéroport d’Istanbul où l’on dort/erre pendant 9h dans les couloirs avant de reprendre l’avion pour rentrer chez nous.

Et voilà, le voyage touche à sa fin, on y retourne quand ???

PS : si vous avez aimé le voyage, n’hésitez pas à consulter nos photos sur Flickr

29 avril 2014

Takayama : entre Alpes japonaises et onsens

Notre troisième article japonais vous emmène tout droit dans les Alpes Japonaises, célèbres pour leurs randonnées et leurs onsens (bains traditionnels). Après la zénitude de Kyoto, nous plongeons dans la campagne japonaise sous un ciel incertain.

Erable japonais sous la pluie

Erable japonais sous la pluie

29 avril. Nous sommes toujours à Kyoto et nous levons assez tôt pour squatter le WIFI de la guesthouse qui nous a aidé la veille (cf article sur Kyoto). Nous consultons nos emails et avons des réponses de ma soeur et de notre copine. C’est bon, apparemment, elles ont pu faire le déblocage auprès de la banque. Par contre, vu le décalage horaire, on va devoir attendre encore un peu pour que le déblocage soit vraiment effectif. Il ne nous reste plus grand chose en poche (l’équivalent de 30€ environ) mais on a réservé des billets pour rejoindre Takayama donc tant pis, on fonce, en espérant trouver un distributeur qui accepte de nous donner de précieux yens. On prend donc le Shinkansen qui file vers Nagoya puis on change de train pour prendre une sorte de TER pour Takayama. Un petit peu de retard sur le train (30 minutes à l’arrivée), c’est rare !

Arrivée du Shinkansen pour partir à Nagoya

Arrivée du Shinkansen pour partir à Nagoya

Les trains sont une vraie institution au Japon et sont quasiment toujours à l’heure. Dans le Shinkansen, c’est très silencieux et l’intérieur ressemble plus à un avion qu’à un train. On a même de la place pour les pieds ! Sur le quai de la gare, n’hésitez pas à acheter des bento box toutes prêtes pour manger dans le train, ce n’est pas cher et on ne sait pas toujours sur quoi on va tomber 🙂

Bento acheté sur le quai

Bento acheté sur le quai

Intérieur du Shinkansen

Intérieur du Shinkansen

Le shinkansen, aussi luxueux qu'un avion

Avion ou Shinkansen ?

Nozomi 14

Nozomi 14

Déjeuner tiré du sac, acheté au FamilyMart

Déjeuner tiré du sac

On arrive en fin de matinée, sous la pluie, après avoir serpenté en train entre montagnes et rivières. On prend la carte de la ville à l’office de tourisme puis on appelle le minshuku (auberge traditionnelle) où l’on a réservé. Il est à peine excentré et donc une personne vient nous chercher en minibus. L’hôtel est tout mignon, avec des boiseries partout et un salon commun pour les « invités ». Comme nous sommes dans une région avec énormément de sources d’eau chaude, le minshuku dispose de ses propres onsens à l’intérieur. On pose nos affaires et on prépare nos tatamis pour le soir. Au Japon, il est de coutume de replier son couchage le matin et le refaire le soir, pour un gain de place principalement.

Salon commun

Salon commun

Baignoire commune

Baignoire commune

Baignoire extérieure

Baignoire extérieure

Petite infirmière

Petite infirmière

Et c’est parti pour découvrir la ville de Takayama. On passe par la vieille ville mais tout est fermé ou presque. Aujourd’hui est un jour férié et on est au début de la Golden Week, semaine de congés annuels chez les Japonais. C’est donc très calme. On passe devant un Seven Eleven et on tente à nouveau de retirer de l’argent. Toujours pas possible… On commence à flipper un peu car il ne nous reste vraiment pas grand chose et on a encore quasi 2 semaines à faire sur le sol nippon 🙂

On se promène en ville et on s’arrête pour manger. Je goûte les Takayama noodles, des nouilles soba fabriquées ici pendant que Choupi prend un plat au porc.

Takayama noodles

Takayama noodles

Coffret surprise

Coffret surprise

 

Après manger, on retente notre chance au Seven Eleven et cette fois, c’est bon, on peut retirer ! On fait un bon stock avec chacun 70 000 yens et on se paye une bière pour fêter ça 🙂

Le 7-eleven qui nous a sauvés

Le 7-eleven qui nous a sauvés

Retour à l’hôtel et lecture/visionnage de quelques mangas en version originale dans le salon commun : City Hunter (Nicky Larson), Dragon Ball, Les chevaliers du zodiaque et d’autres. On se couche rassurés, on va pouvoir continuer tranquillement notre périple !

30 avril. Réveil sous la pluie 🙁 Ce n’est pas une pluie forte mais ça rend le paysage assez gris. Tant pis, on ne va quand même pas rester toute la journée au chaud. On part faire une balade autour de Takayama. C’est super bien fléché, il y a plusieurs sentiers selon différents centres d’intérêts. Pour partir sous la pluie, la gérante du minshuku nous prête des parapluies transparents (un must là bas). On passe devant de nombreux temples et cimetières. La balade se finit dans une forêt et un parc où on fait une pause boissons dans les fameux distributeurs à 100 yens.

Temple à Takayama

Temple à Takayama

Guerrier

Guerrier

Cimetière

Cimetière

Statue dédiée aux enfants perdus

Statue près du temple

En repassant par la vieille ville, les boutiques sont ouvertes donc on fait un peu de shopping et des photos avant de retourner au minshuku .

Singin' in the rain

Singin’ in the rain

Vieille ville

Vieille ville

Vieille ville

Vieille ville

Containers à saké

Containers à saké

Vieilles affiches

Vieilles affiches

Rice bowl

Rice bowl

Vieille ville

Vieille ville

Coiffeur

Coiffeur

Ce soir, nous avons commandé un repas traditionnel. Bien nous en a pris, les gérants nous amènent une multitude de petits plats, toujours très bien présentés, avec plein de saveurs différentes. Je vous laisse juger sur les photos, on a vraiment a-do-ré ! On va se coucher, le ventre bien rempli, en pensant déjà à notre balade du lendemain.

Tofu et légumes

Tofu et légumes

Sashimis

Sashimis

Boeuf de Takayama

Boeuf de Takayama

Un dîner parfait

Un dîner parfait

1er mai. C’est la fête du travail et on s’est prévu une petite journée détente avec des onsens, les bains traditionnels japonais. Il y en a un peu partout dans le Japon, et chacun a sa spécificité. Certains soulageront vos rhumatismes, d’autres les maladies gastriques, …

On se lève donc à 6h30 et on file à la gare routière pour prendre un pass bus 2 jours qui nous permettra d’emprunter les bus dans la région. Le temps est toujours un peu pluvieux mais tant pis,  aujourd’hui direction la montagne. Les paysages ressemblent aux Vosges, beaucoup de sapins tout le long de la route. Au bout d’une heure et après être passés par une mini station de ski, le bus nous dépose à Hirayu No Mori onsen (lien vers leur site). Cet établissement est réputé pour son grand nombre de bains intérieurs et extérieurs. Les bains ne sont pas mixtes donc on se sépare pour aller chacun dans notre partie. 2h à passer de bain en bain, à se détendre, c’est top ! Marrant, on est complètement nus en plein milieu de la nature 🙂 Pudiques, passez votre route !

Les bains sont alimentés par les sources d’eau chaude de la région et certains sont extrêmement chauds. Des Japonais se défient pour rester le plus longtemps possible et le plus près de l’arrivée d’eau 🙂

On mange au restaurant du onsen, c’est superbe, c’est tout vitré avec vue sur la nature. On goûte la bière de Takayama, vraiment pas mauvaise. Après le repas, un peu de repos avant de reprendre le bus. On reste quelques minutes allongés dans une grande salle avec les autres « curistes » pour se reposer sur des tatamis chauffants. Ya pas plus zen, on s’est même endormis !

Bière locale

Bière locale

 

J’avais repéré un autre onsen sur Internet mais le bus ne le dessert pas directement. C’est pas grave, on descend au milieu de nulle part et on commence à marcher vers le onsen. Après 10 minutes de marche, on rejoint un hôtel perdu qui ressemble un peu à l’hôtel de Shining : c’est le Okuhida Garden Hotel Yakedake (lien vers leur site). Il n’y a quasiment personne, on doit être 8 dans tout le onsen. Celui-ci a une partie extérieure mixte avec des caves et des plantes et une partie intérieure un peu plus design. Dans la partie mixte extérieure, on doit se couvrir avec une sorte de serviette éponge. Sauna et détente dans une pièce avec pierres chauffantes avant de reprendre notre petit bus qui nous ramène à Takayama. Petit restau et au dodo, la journée a été bien chargée.

Les photos suivantes sont celles du site de l’hôtel, on n’a évidemment pas trop le droit de prendre des photos à l’intérieur.

Tachiyu/Neyu

Tachiyu/Neyu

Hinokinoyu

Hinokinoyu

Gekkonoyu

Gekkonoyu

Yakushinoyu

Yakushinoyu

Bakusendo

Bakusendo

Nikkonoyu

Nikkonoyu

Utasenoyu

Utasenoyu

Uguisunoyu

Uguisunoyu

2 mai. Après un petit déjeuner rapide, on file voir le marché local sur les bords de rivière. Pas grand chose à voir donc on repart prendre le bus avec notre pass magique. Il nous dépose au terminus de la ligne, à la station de ShinHotaka. Aujourd’hui on va prendre un téléphérique, qui paraît il est le plus grand du monde (sur 2 étages), j’ai quand même un doute 🙂

Arrivés au dessus après avoir fait les 2 tronçons, la vue est magnifique. On a un panorama sur des sommets enneigés culminants à plus de 3000 mètres. Nous sommes à 2150 mètres, et on se promène dans la neige, même si on n’est pas forcément équipés pour ! On croise des alpinistes japonais vraiment très équipés. On discute un peu avec eux, on a l’impression qu’ils vont faire une ascension extrême alors que non.

Après quelques photos souvenirs, on redescend au premier tronçon où on fait un bain de pieds dans de l’eau brûlante et où l’on mange un tonkatsu (porc pané). A côté du restaurant, il y a un purikura (photomaton japonais), on en profite pour faire une photo souvenir bien kitsch !

Photo souvenir

Photo souvenir

Torrent de montagne

Torrent de montagne

Mon pote alpiniste

Mon pote alpiniste

Parfaitement équipé !

Parfaitement équipé !

2156 mètres

2156 mètres

Les Alpes Japonaises

Les Alpes Japonaises

Jump dans les congères

Jump dans les congères

Alpes Japonaises

Alpes Japonaises

Tonkatsu

Tonkatsu

La journée n’est pas finie, on se dit qu’un petit onsen serait bien après cette petite balade. On reprend le bus et on se dirige vers un nouvel onsen qui est dans un hôtel. Arrivés là bas, la patronne nous dit que le onsen est réservé aux clients de l’hôtel. Tant pis, c’est la région des onsens, on en tente un autre : il est complet, pas de bol. On se retrouve à force d’errer en plein milieu de la montagne, et le prochain bus qui nous ramène chez nous est dans 1h30 🙁

On commence donc à marcher en direction d’Hirayu, même si on est  loin, ça nous rapprochera un peu. Et d’un coup, on se dit, pourquoi ne pas faire de stop ? On avait lu que ça se faisait pas de trop ici, principalement car les Japonais sont tellement serviables que quand vous demandez à aller quelque part, ils vous amènent jusqu’au bout 🙂 On attend quelques minutes et une voiture s’arrête après être déjà passée une fois devant nous. La femme et son mari nous racontent qu’ils nous ont vu hier dans les onsens. Elle est toute excitée à l’idée de nous emmener car ça ne se fait effectivement pas de trop au Japon. Du coup, on discute pas mal avec elle, elle nous pose plein de questions, et nous redépose au niveau du onsen qu’on avait fait hier. On fait donc le onsen de la gare routière (glamour non ?) pour ne pas refaire le même que la veille. Il n’y a que 2 bains mais une superbe vue sur les montagnes.

On redescend en ville et on mange un sukiyaki-don au Hida beef (boeuf élevé ici). Yummy !

C’est déjà fini pour notre pause montagnarde, demain on reprend le Shinkansen direction Tokyo pour la dernière partie de notre voyage et la découverte de la capitale nippone complètement fofolle. Pour notre dernier petit déjeuner ici, on se fait plaisir avec un petit déjeuner traditionnel. Encore une fois, tout est bon, et parfaitement présenté. Nous voilà Tokyo !

Petit déjeuner

Petit déjeuner

24 avril 2014

Déambulation zen dans Kyoto : entre modernité et tradition

Deuxième article de notre séjour japonais. Nous vous emmenons cette fois à la découverte de la sublime Kyoto, perle du Japon et étape incontournable d’une première visite sur le sol nippon. Kyoto, avec ses temples et ses jardins zens a beaucoup à offrir pour qui veut se relaxer entre deux étapes stressantes comme Osaka ou Tokyo. Ne cherchez surtout pas à faire tous les temples de la ville, il y en a plus de 1600 dans toute la préfecture 🙂

 24 avril. Nous arrivons en fin d’après midi à Kyoto, la gare est superbe, architecture très moderne.

Détail de la gare de Kyoto

Gare de Kyoto

Kyoto Tower

Kyoto Tower

Vélo bien agencé

Vélo bien agencé

Attache parapluie en option

Attache parapluie

On commence à chercher notre hôtel avec le petit schéma qu’il y avait sur leur site. On suit la route principale mais on se perd très vite dès qu’on s’enfonce dans les rues adjacentes. On revient donc sur la grande route et on demande notre chemin. Une fille en scooter nous voit, se gare et nous conduit à pied jusqu’au ryokan (auberge japonaise). Ahhhh l’hospitalité japonaise est imbattable ! On pose nos sacs, le ryokan et notre chambre sont tout mignons.

Poisson au barbec

Poisson au barbec

Sushis

Sushis

Notre chambre à Kyoto

Notre chambre à Kyoto

Nos yukata (kimono d'été) soigneusement pliés

Yukata (kimono d’été)

On ressort pour manger et on se voit refuser l’entrée de 2 petits restaurants, alors qu’ils sont presque vides… On nous dira plus tard qu’effectivement certains bars ou restaurants ne sont réservés qu’aux habitués du quartier et qu’ils n’acceptent jamais les touristes. L’ambiance avait l’air bonne, tant pis ! Heureusement, le 3ème sera le bon. Très bon repas avec sashimis, soba pour moi et poisson grillé pour Choupi. Les serveurs sont toujours très attentionnés avec nous, même si on ne se comprend pas toujours parfaitement : l’occasion de jolis sourires 🙂 On file se coucher, une grosse journée nous attend demain avec les temples !

25 avril. On prend le métro pour aller tout au Nord de Kyoto. Pas terrible, mieux vaut prendre les bus, plus facile pour se repérer et profiter du paysage par la même occasion.

Lost ?

Lost ?

Arrêt de bus

Arrêt de bus

Perte de calories

Perte de calories

N'oublions pas que le Japon adore le baseball

Baseball

On visite notre premier temple de la journée, le temple de Imamiya Shrine : l’occasion de déguster des petites brochettes de pâte avec un thé.

Choupi big jump au temple de Daitokuji

Temple de Daitokuji

Temple dans Kyoto

Temple dans Kyoto

Tampons

Tampons

Thé et brochettes de pâte

Thé et brochettes de pâte

5000 yens

5000 yens

Brocante au temple de Kitano Tenman Gu

Brocante

Barbec japonais

Barbec japonais

Masques traditionnels

Masques traditionnels

On continue notre petit périple pour arriver au gros temple de Kitano Tenman-Gu. Très joli temple avec une brocante qui l’entoure aujourd’hui (hé oui, on l’avait repérée ;)). On voit qu’on a changé de ville, il y a beaucoup plus de touristes occidentaux ici par rapport à Osaka. On chine un peu, on trouve quelques perles musicales et deux trois souvenirs. On continue nos visites avec l’incontournable temple d’Or ou Kinkakuji Temple. Des filles déguisées en maikos (apprenties geishas) se baladent dans le parc, l’occasion de faire quelques photos de leurs beaux kimonos. On retourne en bus jusqu’à la Kyoto Station (gare). C’est le point de rendez-vous si vous êtes perdus dans Kyoto 🙂

Choupi et les kimono girls

Choupi et les kimono girls

Bonsais du pavillon d'Or

Bonsais du pavillon d’Or

Bonsais du pavillon d'Or

Bonsais du pavillon d’Or

Kinkakuji Temple ou Pavillon d'or

Pavillon d’or

Parure

Parure

Kimonos

Kimonos

Obis

Obis

Petite écolière

Petite écolière

Les différents sites sont pas mal éloignés sur la partie Nord de Kyoto. Même en partant tôt, on a dû zapper le Ryanji Temple (jardins zens) par manque de temps (il fermait à 17h).  Pour clôturer cette bonne journée de marche et de visites, on va dîner dans le quartier de Pontocho, quartier très animé avec beaucoup de restaurants, de bars et de girls bars. On se promène un peu avant de s’arrêter dans un restaurant qui sert des spécialités de l’île d’Okinawa, île située tout au Sud du Japon. Banco, c’était très bon et original avec des algues et des légumes finement relevées. C’est le genre d’endroit où on a envie de tout goûter ! En sortant du restaurant, on passe devant une boîte où joue Skrillex. Dommage c’est complet ce soir. On attendra donc les Eurockéennes de Belfort en juillet pour le voir 🙂

26 avril. Lever du lit encore tôt. Il faut profiter ici, quitte à se lever plus tôt et à faire une sieste une fois que les temples sont fermés (à 17h ou 18h en général). On prend donc un bus pour rejoindre le pavillon d’Argent ou Ginkakuji Temple. Superbe balade dans le parc, très zen, on l’a préféré au pavillon d’Or de la veille. On quitte le temple pour un autre, le Honen-in, situé à l’orée de la forêt. Les rayons du soleil percent à travers les branchages et vont finir leurs courses sur les tombes, c’est magique ! On continue notre route en empruntant le Chemin des Philosophes, chemin bien sympathique au bord d’un canal, qui dessert les principaux temples de cette partie de Kyoto. Le chemin est parsemé de cerisiers mais nous arrivons à peine trop tard : seuls quelques uns sont en fin de floraison. Rapide tour au temple des souris ou Otoyo Shrine qui est en rénovation. On finit la matinée au Nanzen-Ji Temple, immense temple sur plusieurs niveaux avec plusieurs bâtiments.

Jeunes mariés posant pour la postérité

Jeunes mariés

Lieu de prière

Lieu de prière

Petite souris

Petite souris

Otoyo Shrine ou temple des souris

Temple des souris

Chemin des philosophes

Chemin des philosophes

Zénitude

Zénitude

Ecolières

Ecolières

Moines

Moines

Sortie scolaire

Sortie scolaire

Pavillon d'argent ou Ginkakuji Temple

Pavillon d’argent

Arbres du pavillon d'argent

Arbre sinueux

Ginkakuji Temple ou pavillon d'argent

Pavillon d’argent

Petit déjeuner sur le pouce au Seven Eleven : pratique pour manger des spécialités locales pas chères ces petits supermarchés ! Juste en face de nous se tient le Heian Jingu Shrine, facilement repérable avec sa couleur rouge vive. Si vous vous souvenez bien, Charlotte y passe dans « Lost in Translation ».

Rues de Kyoto

Rues de Kyoto

Sortie entre filles

Sortie entre filles

Dragon du Heian Jingu Shrine

Heian Jingu Shrine

Heian Jingu Shrine

Heian Jingu Shrine

Heian Jingu Shrine

Heian Jingu Shrine

Tori en plein Kyoto

Torii en plein Kyoto

Famille de tanukis

Famille de tanukis

Offrandes

Offrandes

On redescend vers le Sud en direction du quartier de Gion (anciennement le quartier des plaisirs) pour faire le Chion In Temple, accroché aux flancs de la montagne. Balade dans le Maruyama Park où trône un des plus vieux cerisiers de Kyoto. Encore un sanctuaire où beaucoup de Japonais se rendent : le Yasaka Shrine. C’est un pur bonheur pour les yeux et de nombreux mariages s’y déroulent. Marche aux milieu des nombreuses échoppes en bois du quartier de Gion : bon ok, c’est très touristique et les boutiques pas très intéressantes (si ce n’est la boutique du studio Ghibli ^_^).

Encore un Totoro

Encore un Totoro

Branches interminables

Branches interminables

Quartier de Gion

Quartier de Gion

Ikebana ou l'art de la décoration florale

Ikebana

Kimonos

Kimonos

Maiko henshin

Maiko henshin

Les mariés devant le temple

Les mariés

Profession organisatrice de mariages

Organisatrice

Yasaka Shrine

Yasaka Shrine

Mariage traditionnel

Mariage traditionnel

Les mariés

Les mariés

Invités du mariage

Invités du mariage

Yasaka Shrine

Yasaka Shrine

Jeunes mariés

Jeunes mariés

Maruyama Park et son plus vieux cerisier

Maruyama Park

Délicieusement kitsch

Délicieusement kitsch

Détail d'un temple

Détail d’un temple

Vers le sommet

Vers le sommet

Intérieur du Chion In Temple

Chion In Temple

Chion In Temple

Chion In Temple

Choupi à la boutique Ghibli

Choupi et Totoro

Pour finir cette grosse journée de marche (et de temples… j’espère qu’on vous a pas perdu en cours), on se fait un dernier temple évidemment : le Kiyomizu-dera Temple, un des plus gros de la ville, tout en bois, perché sur la colline avec une vue sur Kyoto et sa tour. Petite anecdote musicale : en visitant le lieu, on tombe sur toute l’équipe à Skrillex qui profite de la tournée pour visiter. Ils partent pour Tokyo le soir même.

Entrée du Kiyomizu-dera Temple

Kiyomizu-dera Temple

Statues de renard et toris

Statues de renard et torii

Sanctuaire et messages

Sanctuaire et messages

Entre modernisme et tradition

Modernisme et tradition

Rues de Kyoto

Rues de Kyoto

La fontaine de jouvence

La fontaine de jouvence

Photo souvenir

Photo souvenir

Kiyomizu-dera Temple

Kiyomizu-dera Temple

Dos de kimonos

Dos de kimonos

Copines au Kiyomizu-dera Temple

Copines au Kiyomizu-dera

Jeune premier

Jeune premier

Gimme five !

Gimme five !

Retour à l’hôtel puis on retourne dans le quartier de Pontocho pour cette fois manger une fondue shabu shabu à volonté. Le concept est simple : petit bouillon et viande et légumes à volonté. Je teste un « high ball », la boisson que la plupart des Japonais boivent, un whisky coupé à l’eau. Pas accroché. En même temps, j’aime pas le whisky, je me dis que c’était voué à l’échec 🙂 Je me commande une bonne bière pour passer tout ça.

Fondue Shabu shabu à volonté

Fondue Shabu shabu à volonté

 

Ce soir c’est samedi, on est presque encore jeunes alors on se dit qu’on va aller en boîte (NB: on y va jamais en France :)) On retrouve la boîte où se produisait Skrillex hier soir et on décide d’aller dans celle là. Ce soir, c’est Korean Party, l’entrée n’est vraiment pas chère pour les touristes par rapport aux kyotoïtes. On nous explique que c’est parce qu’à l’intérieur, on se rattrape sur les boissons… Sympa la réputation. Bonne petite soirée, pas mal discuté avec des Japonais tout contents de discuter avec nous. On serait bien restés plus longtemps, mais il y a un couvre feu à minuit dans notre hôtel donc on part vers minuit (on a quand même réussi à négocier 1h pour ce soir faut pas déconner). En s’étant levé à 6h, ça fait du bien de se coucher quand même après cette folle journée !

Un samedi soir à Kyoto

Un samedi soir à Kyoto

Un samedi soir à Kyoto

Un samedi soir à Kyoto

Un samedi soir à Kyoto

Un samedi soir à Kyoto

Un samedi soir à Kyoto

Un samedi soir à Kyoto

Un samedi soir à Kyoto

Un samedi soir à Kyoto

Un samedi soir à Kyoto

Un samedi soir à Kyoto

Un samedi soir à Kyoto

Un samedi soir à Kyoto

Boîte à Kyoto

Boîte à Kyoto

27 avril. On a déjà bien quadrillé Kyoto, on part donc pour les environs. Train pour la banlieue proche d’Arashiyama et sa fameuse bambouseraie (que vous avez déjà dû voir sur de nombreux magazines ou photos).  Très joli lieu, les photos ne sont pas terribles car pas trouvé le bon réglage 🙂 On se balade dans le quartier jusqu’à se perdre. C’est fou comme on se sent rapidement à la campagne en à peine 20 minutes de train. On grignote pour le déjeuner dans un boui-boui avant de retourner sur Kyoto. On en profite pour prendre quelques photos de la gare de Kyoto et on finit notre journée dans le quartier de Gion. Plein de filles sont en kimono, ça a son charme 🙂 Dîner avec ramen et gyozas. Couchés à 21h, peut être fatigués de la veille ?

Fin de la saison des Hanami

Saison des Hanami

Maiko henshin

Maiko henshin

Dos de kimonos

Dos de kimonos

Rues de Gion

Rues de Gion

Choix dans les porte monnaie

Pour toutes les bourses

Entrée du Kiyomizu-dera Temple

Entrée du Kiyomizu-dera

Kimono girls

Kimono girls

Coucher de soleil sur Kyoto

Coucher de soleil

Quartier de Gion à la tombée de la nuit

Quartier de Gion

Quartier de Gion à la tombée de la nuit

Quartier de Gion

Ramen et gyozas

Ramen et gyozas

Gyozas, omelette, tofu

Gyozas, omelette, tofu

Bambouseraie d'Arashiyama

Bambouseraie

Secteur d'Arashiyama

Secteur d’Arashiyama

Kyoto trail

Kyoto trail

Petite échoppe spécialisée dans les oeufs

Une spécialité : les oeufs

28 avril. Dernier jour complet ici. On prend le train pour Inari, à quelques minutes de Kyoto. Enorme sanctuaire dédié à Kitsune (le renard, pas le label de musique). Le lieu est rempli de milliers de « torii » (portes) rouge et noir, ce qui fait le bonheur des photographes. La plupart des touristes (et surtout les tours organisés) s’arrêtent aux premières centaines de mètres mais si vous avez le temps, prenez le temps d’errer sur le Mont Inari et de gravir jusqu’au sommet.

Kitsune (le renard)

Kitsune (le renard)

Entrée du temple d'Inari

Entrée du temple d’Inari

Explication pour se purifier dans le temple

Purification

Notre petit grain d'Asie

Notre petit grain d’Asie

Kitsune du temple d'Inari

Kitsune du temple d’Inari

Temple d'Inari

Temple d’Inari

Temple d'Inari

Temple d’Inari

Temple d'Inari

Temple d’Inari

Après cette bonne marche, petite pause déjeuner avec un Kitsune udon (udon avec du tofu frit, pas du renard) et des soba avec du hareng. On reprend notre marche, le lieu est vraiment très reposant. On s’arrête prendre un café dans un énième petit lieu cosy avant de retourner prendre le train. Il commence à pleuvoir, le temps peut s’arrêter, nous sommes bien ici ^_^

Choupi, le hareng et les soba

Choupi et le hareng

Arrêt dans un restaurant tout cosy

Restaurant tout cosy

Eventail

Eventail

Vieille plaque pour la limonade Kirin Lemon

Limonade Kirin Lemon

Temple d'Inari

Temple d’Inari

Ascension spirituelle

Ascension spirituelle

Pensez à bien éteindre vos feux

Bien éteindre vos feux

Kitsune udon

Kitsune udon

Retour à Kyoto, il pleut toujours, on se fait un mall de 7 étages pour tuer le temps. On trouve vraiment tout et n’importe quoi ici, avec un choix énorme. Vous voulez un casque audio, un aspirateur, une télé, un téléphone, … vous pouvez l’avoir dans n’importe quelle couleur. On joue à fond la carte de la personnalisation ici. Vous pouvez également tester de nombreux appareils électriques comme des fauteuils massants, des appareils qui mesurent la tension et bien d’autres choses.

Choix dans les sèche cheveux

Sèche cheveux

Encore des machines pour acheter des jouets

Toys

Test fauteuil massant

Test fauteuil massant

Teinture Cowboy ou lolita ?

Cowboy ou Lolita ?

Vous cherchiez une cordelette de remplacement pour votre APN ?

Cordelette

Pentax de toutes les couleurs

Pentax colorés

On vous laisse deviner à quoi servent ces différents objets

WTF ?

Sels de bain à gogo

Sels de bain à gogo

Avant de rentrer à l’hôtel, on voit qu’il ne nous reste plus beaucoup de yens par rapport aux devises échangées en France qui nous ont fait la première partie du séjour. On va donc tester les ATM japonais. Je tente ma chance, carte bloquée. Choupi tente, idem. C’est bien, c’est pas comme si on avait prévenu la Banque Populaire qu’on partait au Japon 3 mois avant et qu’il fallait faire le nécessaire… On essaye dans 3 endroits différents, même échec. On commence à flipper car on a déjà réservé nos billets de train pour partir demain et on a toujours pas payer l’hôtel (environ 300€ et il doit nous rester l’équivalent de 50€ dans nos sacs). On rentre à notre hôtel, on tente d’expliquer à la gérante que nous ne pourrons pas la payer mais elle ne comprend pas vraiment et rigole (elle ne parle quasi pas un mot d’anglais et nous très peu de mots japonais :)). Elle ne veut pas non plus nous laisser accès à Internet dans son bureau (comme par hasard il n’y a pas le wifi dans cet hôtel). Sur la route de la gare, j’avais repéré une guesthouse, je me dis que dans les trucs de backpackers, il y a souvent le wifi. On y va donc pour tenter de se connecter et récupérer le numéro de notre banque. Depuis l’extérieur il y a du wifi, on tape donc à la porte. Une Japonaise nous reçoit et nous permet de nous connecter. Sauvés pour l’instant. Elle appelle même notre hôtel pour expliquer la situation. En même temps qu’on récupère le numéro, le copain de la gérante de la guesthouse arrive, c’est un Français. Il nous explique que ça lui est déjà arrivé mais que là ça va être difficile car on est en pleine Golden Week donc dès demain toutes les banques seront fermées pour quelques jours. Ce sont les vacances de printemps des Japonais. Il nous dit que même si notre carte est bloquée à l’ATM, on peut peut être payer l’hôtel directement en carte. Pas bête, on n’y avait pas pensé. On se redirige vers la gare, car il n’y a pas des téléphones « internationaux » partout. J’appelle la banque et tombe sur un répondeur puis sur une plateforme téléphonique avec un mec qui ne comprend rien et qui ne veut rien faire, le tout dans un brouhaha de gare… Bref, 7€ partent en une minute et on se dit que ça ne sert à rien. On retourne à l’hôtel, la gérante sourit moins que tout à l’heure. Je lui explique qu’on va tenter de payer en carte. Ca marche, alleluia ! On peut donc quitter Kyoto avec un peu moins de 50€ en poche… Ca fait pas beaucoup pour finir notre séjour, espérons que ça se débloque 🙂 On mange donc des pâtes et des gyozas dans un petit boui-boui au lieu de tester les bains traditionnels de Kyoto comme prévu. Tant pis, c’est aussi ça le voyage. En repassant devant la guesthouse qui nous a aidé, on les remercie et on en profite pour écrire à ma soeur et à une copine. On leur demande de contacter dès que possible la banque pour débloquer nos cartes depuis la France. Reste plus qu’à espérer : la nuit porte conseil !

Siège pour enfant

Siège pour enfant

Nickel !

Nickel !

Tibal et sa future acquisition

Ma future acquisition

Une couleur : vert

Une couleur : vert

Chaussures à orteils des tireurs de pousse pousse

Chaussures à orteils

Kouglof

Kouglof

Ah ce bon vieux Gérard France de 1898

Gérard France de 1898

Tibal en yukata

En yukata