Archives | avril, 2012
30 avril 2012

La Malaisie en un bref coup d’oeil

La Malaisie en un bref coup d’oeil

Pour nos trois dernières semaines de voyage, nous avons pris l’option “détente et plages”, bien que la dernière semaine ne fut pas de tout repos avec l’épisode “infection et hôpital”. Contrairement aux autres pays, comme on sentait qu’on touchait à la fin, nous sommes restés un peu plus longtemps à chaque fois dans les différentes places.
On aurait bien voulu aller sur l’île de Bornéo (qui comme Sumatra en Indonésie est beaucoup plus sauvage que le reste), mais faute de temps, on remet ça à plus tard.
On a été complètement bluffé par Singapour, la petite Suisse d’Asie, qui fourmille de partout et qui est “the place to be” pour les  prochaines années.

On a pas mal de travail depuis notre retour et on prépare un article final + les photos pour vous montrer du nouveau très vite !

Plage des Perhentian

Plage des Perhentian

Ce que nous retiendrons de la Malaisie, entre autres :

– une mixité culturelle énorme, vous côtoyez dans la même rue des Indiens, des Malais, des Chinois, des Thais, des Européens. La Malaisie et Singapour décrochent haut la main la palme du melting pot asiatique
– des guesthouses assez chères par rapport au reste de l’Asie du Sud Est et avec beaucoup moins de confort
– on peut croiser à tout coin de rue d’énormes varans tout droit sortis de Jurassic Park
– la viande des McDo est super bonne 🙂 Parfois ça fait du bien de changer un peu du riz et des nasi goreng
– tout le long des routes, il y a beaucoup de constructions à l’américaine, en grands lotissements, avec des maisons qui se ressemblent toutes
– les femmes portent des voiles colorés, parfois avec des paillettes, ce qui renvoie une très bonne image de l’Islam
– la Malaisie concentre un bon paquet d’îles paradisiaques
Kuala Lumpur et Singapour sont d’énormes villes “design”, regorgeant de malls plus fous les uns que les autres
–  on retrouve les Indiens avec qui nous avions commencé le voyage
– les Malais adorent papoter avec nous, sur n’importe quel sujet et sont toujours prêts à aider. Je défie quiconque de rester plus de 5 minutes à l’arrêt sans que quelqu’un vienne vous demander si vous avez besoin d’aide
– contrairement aux autres pays d’Asie du Sud Est, il y a très peu d’Australiens ici, dû en partie au fait que l’alcool est cher et peu toléré ici.
– très beaux anciens quartiers chinois dans plusieurs villes (Penang, Kuala Lumpur, Singapour…)
– premier pays sur notre trajet où il y a vraiment beaucoup de moustiques

Obey by Shephard Fairey

Obey by Shephard Fairey

Quelques anecdotes en vrac :

– nous avons évité un tsunami à cause d’un nouveau tremblement de terre au large de Sumatra
– les speed boat qui font les navettes entre les îles sont vraiment “speed”. Sur certains, on se demande comment on fait pour pas se retourner tellement le bateau se lève à l’avant
– j’ai fait un bon petit séjour à l’hôpital pour vérifier que les installations étaient conformes 🙂
– je me suis fait voler mes tongs à l’hôpital pendant la nuit
– j’ai failli me faire tuer en me prenant une noix de coco qui est tombé du haut d’un palmier
– Choupi a nagé avec des requins pour la première fois aux Perhentian
– à Penang, des papis nous ont forcés à aller manger dans une réunion bouddhiste où ils distribuaient des repas gratuitement
– on a croisé une fille de Chicago qui connaissait mes tee shirts Threadless
– on a dormi dans un hôtel de luxe en mode backpacker et on a pris le plus gros petit déjeuner des 6 mois
– on trouve enfin des lucky cats à ramener en souvenirs, après notre échec vietnamien
– on a réussi à avoir de superbes vues sur Singapour sans débourser le moindre centime
– on a failli rater l’avion retour car la navette qui devait nous emmener à l’aéroport a été annulée et la suivante arrivait juste à l’heure

Choupi devant le Flams de Singapour

Choupi devant le Flams de Singapour

Séance de rattrapage ou récapitulatif de nos articles malaisiens

– Melaka, entre culture et héritage colonial
Singapour, le melting pot par excellence 
Pulau Tioman, l’île duty free malaisienne 
Les Perhentian, entre plongées et snorkeling  
Penang, Kuala Lumpur et retour en France 

Voir nos photos de Malaisie

25 avril 2012

Penang, Kuala Lumpur et retour en France

Penang, Kuala Lumpur et retour en France

Après les îles paradisiaques des Perhentian et mon petit séjour forcé à l’hôpital, on se rend compte qu’il ne nous reste que très peu de temps pour finir notre petit tour de Malaisie. Dans 4 jours, notre avion décollera pour la France, déjà. Pour notre dernière étape, on se dirige donc vers l’île de Penang, située au Nord Ouest de la péninsule. Cette île est l’équivalent malaisien de Singapour, un concentré des cultures que l’on peut croiser dans le pays. Vraiment pas beaucoup de photos sur cet article, je ne sais pas si c’est la blessure ou si c’est parce que c’était la fin du voyage…

Back to France...

Back to France…

21 avril. On part de Kota Bahru par le bus de 10h. 7h de bus plus tard, nous arrivons à la station de bus de Penang. Avec mon pied encore un peu fragile, on prend un taxi plutôt que de prendre un bus local, on arrivera dans la ville une demi heure plus tard.

On tourne un peu dans le quartier des backpackers et beaucoup de guesthouses affichent complet. On se rabat sur un hôtel chinois assez miteux pour l’équivalent de 7.5€, tout en réservant une chambre un peu mieux pour le lendemain dans une guesthouse qui affichait complet le soir même. Pour les derniers jours de voyage, ça fait un peu mal, on se sent presque dans une prison dans notre bouiboui 🙁 On se balade dans le quartier, il y a beaucoup de bars pour les touristes. On voit une affiche sur un poteau qui annonce une fête indienne de la communauté Sikh à l’autre bout de la ville. On monte dans un bus et c’est parti ! On arrive là-bas et c’est quasi fini, c’étaient des danses traditionnelles indiennes, dommage. On rentre à notre “cellule” et on se fait une bonne grosse nuit pour se remettre des derniers événements.

22 avril. On se lève, on prend nos sacs et on déménage dans la guesthouse réservée hier. On part faire le quartier de Little India. Choupi trouve son bonheur dans les petites échoppes et s’achète des nouvelles bagues d’orteil, de la musique indienne, de l’encens, etc. On achète quelques souvenirs à ramener. Déjeuner dans un restaurant indien délicieux puis comme je ne peux pas encore courir et marcher longtemps, on se pose sur le front de mer et on joue aux cartes, plus précisément à “l’Orang Outang game”, jeu transmis par Opik lors de notre séjour à Bukit Lawang. Les locaux sont intrigués et viennent nous parler. Ils insistent pour qu’on aille manger dans un temple bouddhiste du quartier, qui sert des repas gratuitement aujourd’hui. On explique qu’on a déjà mangé, ils continuent d’insister. Mais le restaurant indien nous a largement rempli le ventre, donc ça sera non 🙂

On passe la fin d’après-midi à essayer d’échanger les bouquins dans les magasins qui le permettent. A l’intérieur d’un, on fait la connaissance de Gabriel, un pompier des environs de Bourges qui fait un tour du monde d’un an. On sympathise, on prend un verre ensemble et comme il part pour l’Indonésie le lendemain, on lui donne nos quelques bonnes adresses et tuyaux autour d’un repas dans un restau local 🙂 Si vous voulez voir son blog, c’est ici !

23 avril. Penang, c’est déjà fini 🙁 On voulait y rester 3-4 jours mais nos mésaventures nous ont retardé… Tant pis, pas de temple aux serpents pour cette fois ! On prend le bus à 9h30 pour Kuala Lumpur. On arrive vers 14h30 à la station de bus de Pudu Raya où nous étions passés à notre arrivée. Pour notre dernier soir, on a utilisé un coupon de réduction qu’on avait gagné (80$ à valoir sur un site de réservation d’hôtel), ce qui nous a permis d’avoir une chambre à 120$ soldée pour 7$. On atterrit donc au Swiss Garden Hotel, habillés en mode backpacker dans un hôtel luxueux où la majeure partie des gens est en costard. On aime ces décalages 🙂 Des grooms nous prennent nos gros sacs de backpackers tout poussiéreux et nous les amènent dans notre chambre avant qu’on aie eu le temps de prendre l’ascenseur. Grand luxe pour cette dernière nuit, ça fait tout bizarre après 6 mois à se contenter de n’importe quelle petite guesthouse, qu’on préfère largement soit dit en passant 🙂

On sort en ville pour manger dans un petit restaurant Hong Kongais. Un mec n’arrête pas de sourire à Choupi. Quand il sourit, on dirait un personnage de manga tellement ses yeux sont à l’horizontal 🙂 On continue notre chemin pour trouver encore quelques souvenirs. On fait 2-3 malls gigantesques et un orage déverse un peu de pluie qui comme d’habitude ne rafraîchit pas beaucoup l’atmosphère.

Choupi craque et se fait faire les ongles dans une boutique spécialisée (c’est carrément pas cher ici) pendant qu’un Pakistanais de mon âge essaye de me convertir à l’Islam et essaye de monter un business d’outils chirurgicaux avec moi…

On finit notre journée par un restau au concept décalé. Vous mangez sur des toilettes et les plats sont servis dans des mini toilettes. Claaaaaaasse ! On se prend quelques bières au supermarché du coin et on les monte dans notre “suite” pour les boire devant la grande fenêtre qui donne sur Kuala Lumpur. C’est dur de se dire que c’est le dernier soir de 6 mois de voyage…

Toilet concept

Toilet concept

Mon siège

Mon siège

Plat du jour

Plat du jour

Un WC bien garni

Un WC bien garni

24 avril. Départ à 10h30 de l’hôtel après un déjeuner continental gargantuesque ! On rejoint l’aéroport sans “problème” avec les navettes: on a eu un peu chaud car celle qu’on voulait prendre a été annulée du coup on a pris la suivante et une fois à l’aéroport on n’a plus eu le temps d’échanger notre argent! Bref, on arrive à 13h10 là-bas : premier avion qui nous emmène de Kuala Lumpur à Jeddah, situé à une cinquantaine de kilomètres de la Mecque. Du coup, on se retrouve avec tous les pélerins qui y vont, en tenue blanche. Il y a même une salle de prières dans l’avion et sur les lecteurs vidéo individuels, on peut regarder les “do & don’ts” de la Mecque, réviser des versets du Coran etc etc. J’opterai pour les Aventures de Tintin de Spielberg (en anglais) et Choupi pour un film philippin issu d’une histoire vraie qui la fera pleurer …

Arrivés à Jeddah, nous sommes en transit, il fait nuit, on est en plein décalage horaire, et on doit attendre 6h dans l’aéroport où il n’y a vraiment rien à faire. On joue aux cartes puis on prend notre deuxième avion qui nous emmène vers Paris.

Arrivée à Paris vers 6h du matin, environ 6 degrés au sol. Ca fait juste un petit choc quand on sait qu’on était à 39 degrés à Kuala Lumpur 🙁 On échange toutes les devises qu’on avait gardées : dollars singapouriens, dollars US, ringgits malaisiennes. Ca nous prend une bonne petite heure, sachant que dans l’aéroport, il n’y a qu’un seul bureau de change ouvert. On retrouve nos chers Parisiens et leur sens de l’hospitalité. Attention, on ne généralise pas hein, plein de Parisiens sont sympa mais à Gare de Lyon, c’est spécial quand même. On prend notre petit déjeuner dans la brasserie de la gare et comme notre train est à 17h, on ressort notre jeu de cartes et on joue. Le patron nous vire comme des malpropres en nous disant qu’on n’était pas dans un tripot. Bon ok, on est habillé comme des voyageurs mais dans une gare, c’est normal non ? On ressort donc de la brasserie et on attend midi où 2 potes nous payent le resto. Ca fait du bien de les revoir après tout ce temps, on a plein de choses à dire et en même temps, on commence à se rendre compte qu’on a pas été là 6 mois et que des choses ont changées, ou pas 😉

On se quitte car ils doivent retourner travailler. On ressort notre jeu de cartes pour attendre notre train. 17h on embarque et on arrive 3h plus tard en gare de Belfort-Montbéliard pour rejoindre mes parents qui nous attendent. L’émotion est au rendez-vous ! Embrassades et joie de retrouver les siens après tout ce voyage. Discussions jusque tard dans la nuit pour raconter une infime partie de ce voyage qui restera à jamais dans nos mémoires.

PS : un article sur notre ressenti de la Malaisie est en cours d’écriture et un autre plus conséquent sur notre ressenti global de 6 mois de vadrouille et l’avenir du blog devrait voir le jour les semaines qui viennent. A l’heure où on écrit ce presque dernier message, ça fait déjà 3 mois qu’on est revenu, donc on aura plein de choses à se dire 🙂 Stay tuned !

20 avril 2012

Les Perhentian, entre plongées et snorkeling

Les Perhentian, entre plongées et snorkeling

Nous vous avions laissés sur l’île de Tioman. Nous voici partis aujourd’hui à la découverte d’autres îles malaisiennes, beaucoup plus connues cette fois : les îles Perhentian, réputées pour leurs plages paradisiaques, les spots de plongée à couper le souffle et leur côté sauvage.
Les îles Perhentian sont constituées de 2 îles : Perhentian Kecil (la plus petite) et Perhentian Besut. D’après les guides, Kecil est plus développée niveau tourisme alors que Besut est mieux pour se relaxer. Nous irons donc sur la petite où il y a le plus de clubs de plongée.

Plage des Perhentian

Plage des Perhentian

12 avril. Après notre dernière journée sur Tioman, nous attendons le ferry qui doit passer à 16h. 16h15, toujours pas de bateau en vue. Sachant qu’il n’y a que 3 ferrys par jour, on se dit que pour une raison X ou Y, ils ne feront pas la dernière navette aujourd’hui. En plus, on est les 2 seuls touristes à attendre sur la jetée, avec 2 locaux qui nous assurent que le bateau passera.

16h40, un bateau à l’horizon, c’est le nôtre, ouf ! On rejoint donc Mersing et on retourne à la station de bus où nous avions atterri quelques jours plus tôt. Les guichets qui vendent les billets pour le Nord sont fermés, on nous dit qu’ils ouvrent vers 20h-20h30. Bon, ben on attend 🙂 On en profite pour aller manger et retirer de l’argent. Sur les îles, il faut toujours être prévoyant : soit il n’y a pas de cash machine, soit ils pratiquent des taux phénoménaux. Mieux vaut donc calculer son coup et prendre une somme suffisante en liquide.

20h15. Les guichets ouvrent, on se rue dessus et on a de la chance, il reste des billets pour monter à proximité de Kuala Besut, la ville où nous devons prendre le bateau pour rejoindre les îles. En plus, le bus part à 20h30 donc on charge directement les sacs dans les soutes et on s’installe. C’est parti pour une nuit dans le bus !

13 avril. Le bus était confortable mais je ne sais pas pourquoi, on n’a pas réussi à dormir ou vraiment très peu. On arrive donc à 5h30 à 20 kilomètres de Kuala Besut et même à cette heure-ci, un pseudo taxi nous attend pour nous faire faire les derniers kilomètres. On arrive donc à 6h à l’embarcadère. Nous sommes dans les premiers 🙂 On réserve direct des billets A/R “open” et on attend 7h patiemment, heure du premier départ.

On monte dans le bateau-navette qui nous emmène sur Perhentian Kecil, du côté le moins animé, à l’Ouest de l’île, Coral Bay. On fait 2-3 guesthouses mais c’est vraiment pas terrible. Soit ce sont des resorts luxueux qui affichent complets et qui ne sont pas dans notre budget de backpackers, soit ce sont des hébergements pourris pour l’équivalent de 10-12€. On pose les sacs et je traverse l’île tout seul pour rejoindre le côté Est de Long Beach et tenter de trouver mieux. Il y a quelques guesthouses entre les 2 plages mais ça ne convient toujours pas. Quand soudain, je tombe sur un petit resort vraiment sympa, le Bintang View, à la sortie de la jungle, avec une superbe vue sur la mer turquoise et des petits bungalows en bois. Je demande les prix à la gérante irlandaise et c est à peine plus cher que les guesthouses délabrées de Coral Bay. On s’en tire par nuit à 50 ringgits, soit 12.5€, ce qui est pas mal pour le lieu.

Je pars rechercher Choupi qui m’attendait sur l’autre plage et c’est parti pour refaire le chemin avec les sacs. Il fait super humide dans le passage dans la jungle, et on transpire à grosses gouttes, surtout avec nos 20 kgs sur le dos 🙁 Une fois installés dans notre bungalow, on se fait une petite sieste matinale pour rattraper la mauvaise nuit. On mange au restaurant du resort et on part goûter aux joies de ce petit paradis tropical. On se baigne, l’eau est cristalline et d’un bleu sublime, jamais vu ça auparavant ! Et on a pied sur plusieurs centaines de mètres, vraiment idéal pour les familles. Bon l’inconvénient c’est qu’il n’y a pas beaucoup de poissons car par terre c’est uniquement du sable très fin.

Comme à notre habitude, on fait le tour des clubs de plongée pour trouver celui avec qui partir les prochains jours. On nous avait dit que les Perhentian défiaient toute concurrence niveau tarifs, ça s’avère être le cas ! En prenant un “pack 6 plongées” au Matahari Divers, je m’en tire pour moins de 100€. En France, à 100€, si vous n’avez pas tout votre matériel, vous faites à peine 2 plongées pour ce prix là !

Différents spots de plongée des Perhentian

Différents spots de plongée des Perhentian

On réserve également une sortie snorkeling pour le lendemain et on retourne se baigner. Je trouve un billet de 10 ringgits au fond de l’eau, ça nous fera une bière 🙂 Les billets en Malaisie sont plastifiés donc ils ne craignent pas du tout l’eau. Fin de journée avec poisson barbecue sur la plage, pas excellent.

14 avril. Pour notre première nuit ici, ce ne fut pas top. On a entendu la musique provenant de la plage jusqu’à 4h du matin et les moustiques nous ont attaqué toute la nuit, même avec une moustiquaire. Première fois en 6 mois !

On part pour notre journée snorkeling avec 5 spots superbes et arrêt sur une plage de rêve. Contrairement à la journée qu’on avait faite sur les îles Gili, il n’y a vraiment pas grand monde sur le bateau, on est moins de 10. On s’arrête à Turtle Bay pour voir la “résidente”, une tortue d’1m20. Ensuite on va à Shark Point voir les requins, c’est la première fois que Choupi nage avec les requins et pas les plus petits. Des requins à pointe noire d’1m60 pour les plus gros et tout ça dans 1m50 d’eau 🙂 Déjeuner dans le petit village de pêcheurs et c’est reparti pour 3 spots avec des plus petits poissons multicolores.

Après cette journée paradisiaque, on essaye un autre restaurant sur la plage avec cette fois un bon poisson et une bière les pieds dans l’eau.

Snorkeling aux Perhentian

Snorkeling aux Perhentian

15 avril. Journée plage pour Choupi pendant que je vais me faire 2 plongées. La première sur le spot nommé “Temple of the sea”, le nom en jette et sous l’eau c’est magique ! Des raies pastenagues qui nagent en pleine eau, des bamboo sharks à la pelle, des poissons coffre, des poissons porc épic, des nudibranches à gogo. Bref, on ne s’ennuie pas, il y a toujours quelque chose à regarder. On rentre au club, je rejoins Choupi pour manger un burger sur la plage avant de repartir en mer. Deuxième plongée sur le spot T3 (ou Terumbu Tiga), un spot que m’avait conseillé les divemasters de Pulau Tioman. La particularité de ce site est qu’il est constitué de centaines d’énormes rochers qui se sont agglutinés en pleine mer. Du coup, on peut s’immiscer entre les interstices à de nombreux endroits, avec des passages dans des cavités plus ou moins longues. Encore plein de poissons à voir : des murènes géantes (au moins 2 mètres), des crevettes, des angelfish, des poissons coffre, des anguilles, des poissons crocodile, des nudibranches, etc etc. Je remonte à la surface des images plein la tête. Aperçu de ce qu’on peut voir avec une vidéo trouvée sur Youtube, je n’ai toujours pas investi dans un caisson 🙂

Je finis la journée par une plongée de nuit juste à côté de la plage de Long Beach. Dans le club où je suis, ils n’ont plus le droit de partir en mer de nuit à cause d’un accident survenu il y a quelques années apparemment. La nuit, on pourrait croire que tous les chats sont gris. Mais non, il y a beaucoup d’activité dans le noir et sous l’eau. On voit les poulpes, les seiches, les crevettes et les crabes, des requins, des bernard l’hermite, des choses difformes, des araignées de mer, et tout ce qui ne sort pas le jour. A un moment, on a fait une petite expérience : on s’est arrêtés sur le fond et on a éteint nos lampes torches pendant quelques secondes. On agite nos mains et des nuages de plancton apparaissent comme par magie, grâce à la lumière qu’ils ont emmagasinée.

Groupe de poissons (snorkeling)

Groupe de poissons (snorkeling)

16 avril. Choupi se fait de nouveau une journée plage et arrive à attraper de bons coups de soleil malgré l’indice 50. Dans ces pays, ça va très vite! Je pars pour une journée plongée de nouveau (hé oui, faut bien que je rentabilise le pack 6 plongées). Une épave ce matin : la Vietnamese wreck. Cette épave est l’antre des poissons coffre dont certains sont assez virulents et tournent autour de nous 🙂 On verra une seiche et un nombre incalculable de bamboo sharks, cachés dans les interstices du bateau. Je remonte de la plongée en ayant très mal au pied, au niveau de la jointure de la palme. Mais bon, j’ai encore une plongée en début d’après midi et une autre le lendemain donc je continue.

Triggerfish (snorkeling)

Triggerfish (snorkeling)

Deuxième plongée sur l’épave la plus intéressante du coin, le Sugar wreck, un cargo qui transportait du sucre, d’une longueur de 80-90m. Superbe épave et vraiment impressionnante. Royaume de tous les poissons avec 3 seiches qui gravitent autour de nous, encore des bamboo sharks, des barracudas, des boxfish, des porcupine fish, des pufferfish, une quantité folle de lionfish, des raies. Hallucinante plongée ! Je remonte à la surface et la douleur au pied de ce matin est encore pire, je chiale presque pour retirer mes palmes et remonter sur le bateau 🙁

Je rejoins Choupi avec un énorme mal de pied. On rentre au chalet-bungalow et je vois que j’ai une bonne égratignure qui est en train de s’infecter. La fièvre ne tarde pas à monter et en quelques minutes, mon pied a triplé de volume et j’ai des maux de tête. Je fais les mille pas sur le petit balcon du bungalow. Le soir là, il n’y a personne au restaurant. Ils ferment un soir dans la semaine et c’est évidemment ce soir. Choupi part donc en courant à Long Beach pour me chercher des médicaments, à manger et et de l’eau. Je passe une vraiment sale nuit, en sachant qu’on était coincé sur l’île, et qu’il n’y avait pas de médecin ici. J’attends que la fièvre redescende un peu pour dormir. J’aurai même des hallucinations à chaque fois que je ferme les yeux.

17 avril. Je me réveille, je ne suis pas mort 🙂 Mais j’ai toujours le pied énorme. La gérante de la guesthouse nous conseille d’aller voir la clinique locale en bateau taxi. Il faut rejoindre le petit village de pêcheurs où nous avions mangé lors de la journée snorkeling. Arrivés là-bas, il n’y a pas de docteur mais une infirmière. Elle me prescrit des médicaments mais on n’en sait pas plus sur ce que j’ai. On revient sur Long Beach.

On passe au club de plongée et je montre ma blessure à une des divemasters avec qui j’ai plongé. Elle me dit qu’il ne faut pas traîner et aller à l’hôpital le plus proche (c’est à dire quitter les îles pour retourner sur la péninsule malaisienne), ça peut être une infection du sang et ça peut vite dégénérer.

Bye les Perhentian

Bye les Perhentian

Comme on est sur une île, les bateaux navette ne circulent pas toute la journée. Il faut donc attendre 16h pour la prochaine navette. La gérante de la guesthouse me prête une béquille pour descendre jusqu’à la plage. On descend tranquillement avec les gros sacs sur le dos. Pas pratique avec un pied recouvert de bandages pour éviter que le sable se mette sur la plaie.
On monte dans un petit bateau de pêcheurs qui nous emmène à 300 mètres de la plage puis il faut grimper dans un autre bateau qui lui nous emmènera à Kuala Besut. De plus en plus pratique cette histoire !

Arrivés à Kuala Besut, on prend un taxi qui nous emmène à la grosse ville la plus proche, celle de Kota Bahru, à 1h d’ici. On pose nos affaires dans un hôtel et on part à l’hôpital que l’hôtel nous a conseillé. Je serai admis vers 19h, ils me mettent direct sous perfusion d’antibiotiques en attendant de voir le médecin le lendemain. Choupi repart à l’hôtel. L’hôpital a l’air bien propre et efficace.

18 avril. Nuit très agitée avec mon colocataire de chambre qui a chouiné une bonne partie de la nuit avec la lumière allumée, qui regardait la télé super fort avec sa mère et qui recevait des appels sur son portable 🙁 Choupi arrive en début d’après-midi, je suis super fatigué. C’est long les journées à l’hôpital, surtout quand on a crapahuté pendant 6 mois et qu’on se retrouve alité toute la journée… Quand Choupi est rentrée hier soir, elle a pu joindre Fred, un pote qui a fait les démarches auprès de notre assurance. Ils sont super efficaces et nous disent qu’ils prennent tout en charge tout de suite. Rien à avancer, c’est déjà ça !

Ma chambre d'hôpital

Ma chambre d’hôpital

Choupi découvre les infirmières qui passent me voir quasi toutes les heures. C’est marrant car on est dans un des états les plus musulmans de Malaisie et elles portent toutes un voile bleu et une espèce de collerette de bénédictine blanche sur la tête. Trop cute 🙂
Choupi repart dans son hôtel. Je regarde tranquillement Discovery Channel, pour voir quelle sera notre prochaine destination 🙂

19 avril. Journée à l’hôpital. Choupi me promène en chaise roulante. Dès qu’on croise quelqu’un, il nous demande ce qu’on fait ici, et nous pose plein de questions. Ils croient qu’on travaille à Kota Bahru, car il n’y a pas beaucoup de touristes par ici, seulement des gens en transit pour les îles.

En chaise roulante

En chaise roulante

20 avril. Au réveil, je m’aperçois qu’on m’a volé mes tongs. Sympa ! Heureusement, Choupi m’en avait achetées une autre paire qui appuie moins sur la blessure. Je m’aperçois que j’ai un nouveau coloc dans ma chambre au réveil. Toute sa famille est venue le voir et une fois qu’il est parti en salle d’opérations, sa famille commence à déballer des journaux et font un pique nique improvisé à la place du lit. Les règles dans les hôpitaux malaisiens ne sont pas les mêmes qu’en France 🙂

C'est officiel, je suis un touriste !

C’est officiel, je suis un touriste !

Choupi demande au médecin quand est ce que je peux sortir. Il lui demande si je veux sortir. Pas mal comme diagnostic. Il faut préciser que j’ai nettoyé moi-même ma plaie au début, quand elle était pleine de sable. Le médecin ne m’a quasi pas touché des 3 jours… Il a juste regardé de loin sans pouvoir me dire si c’était un poisson qui m’avait touché, si c’était juste une infection qui avait dégénéré ou autre chose. Il me rend donc ma liberté et on pourra partir le lendemain à Penang pour les derniers jours de notre voyage. On paye à la réception les coups de téléphone passés en France et on est rassurés car ils nous confirment que l’assurance a déjà pris en charge les 1300€ que cette mésaventure aurait pu nous coûter.

11 avril 2012

Pulau Tioman, l’île duty free malaisienne

Pulau Tioman, l’île duty free malaisienne

Après le choc (très positif) de Singapour, nous repartons pour la Malaisie, direction les îles paradisiaques ! Hé oui, il ne nous reste que quelques semaines avant de rentrer en France donc on ne va pas se gêner pour en profiter un max ! Sur notre parcours, on nous a parlé de l’île de Tioman (ou Pulau Tioman), une île située sur la côte Est de la péninsule malaisienne, réputée pour ses bons spots de plongée, très prisée par les Singapouriens. L’île a été victime de quelques tornades ces dernières années et donc certaines parties de l’île sont assez “poubellesques”. Tant pis, on est là pour le snorkeling et la plongée, pas pour bronzer !

Retour de plongée

Retour de plongée

8 avril. On prend un des nombreux bus qui part de Singapour pour rejoindre la ville de Johor Bahru, première ville malaisienne. En effet, il vaut mieux prendre un billet Singapour-Johor Bahru et prendre ensuite un billet entre Johor Bahru et votre future destination car si vous prenez directement un billet dans Singapour vers votre prochaine destination, vous allez payer (selon les cas) deux fois plus cher que si vous le prenez à la station de Johor Bahru.

A Singapour, on passe la douane sans souci malgré le fait qu’ils font passer les sacs dans les scanners à tous les touristes. On arrive donc à la station de bus de Johor Bahru vers 15h. Nous patientons quelques instants avant de reprendre un bus direction Mersing, le port qui permet de relier l’ île de Tioman. 2h30 plus tard, nous y sommes. Les derniers bateaux pour rejoindre l’île sont déjà partis, il nous faudra donc attendre le lendemain. Comme toute ville de transit, il n’y a pas grand chose à faire, on se met en traque d’une guesthouse correcte, ce qui n’est pas forcément évident ici. On réserve les billets de ferry et on se mange un petit nasi goreng dans un boui-boui à côté de l’hôtel.

9 avril. Lever assez tôt pour aller attraper le ferry à 7h30 au port de Mersing. Départ à 8h30 finalement, on a attendu que le bateau soit vraiment bien rempli, comme d’hab 🙂 Le bateau dessert plusieurs parties de l’île, il faut donc choisir où on s’arrête : notre choix se portera sur ABC ou Ayer Batang, la partie de l’île qui a la réputation d’être celle des backpackers. Arrivée vers 10h30 sur Pulau Tioman, sous une petite pluie, pour changer. On a vraiment pas de chance sur les îles depuis notre départ ! Faut dire qu’on se synchronise souvent avec la pleine lune et c’est là que les pluies sont les plus fréquentes…

Il y a beaucoup de guesthouses mais beaucoup sont déjà complètes. Heureusement qu’on est le premier “arrivage” du matin, on finira donc par trouver un petit bungalow correct pendant que la pluie s’arrête de tomber. A l’arrivage de la mi-journée ou celui du soir, c’est beaucoup plus difficile de trouver quelque chose de correct. Soit on met le prix, soit il faut se rabattre sur du très bas de gamme 🙁

On passe l’après midi à faire le tour des clubs de plongée, il y en a plus qu’à Pulau Weh mais ça reste quand même limité avec seulement 4 clubs. Cela dit, ça fait plaisir de ne pas être dans les endroits infectés de centres de plongée tous les cinq mètres comme à Ko Phi Phi, c’est beaucoup plus agréable pour profiter des plongées. Après avoir discuté avec tous les divemasters, on choisit d’embarquer avec les Blue Heaven Divers le lendemain, un club tenu par un Japonais et avec des instructeurs allemands bien sympa. De plus, le matos est vraiment super bien entretenu, ce qui est loin d’être le cas de tous les clubs d’Asie du Sud Est 🙂

On fait un petit tour de notre partie de l’île, les plages sont assez sales, contrairement aux images des cartes postales qu’on avait vues… C’est le début de saison ici et l’île est fermée une bonne partie de l’année à cause des nombreuses tempêtes qu’elle subit. On se dit donc qu’ils ont pas dû avoir le temps de nettoyer, bien que certains déchets paraissent dater de plusieurs saisons 🙁 Il n’est pas rare de croiser également de gros varans de plus d’un mètre.

Varan sur l'île de Tioman

Varan sur l’île de Tioman

Nous finissons la journée avec un happy hour devant la plage et un joli coucher de soleil. Ici, l’île est plus ou moins duty free donc l’alcool coûte beaucoup moins cher que dans le reste de la Malaisie, majoritairement musulmane et qui demeure très stricte sur la consommation d’alcool. Ce qui explique peut être qu’il n’y a pas beaucoup d’Australiens irrespectueux ici ! 3 canettes de Tiger beer nous reviennent à 3 euros seulement !

10 avril. On se lève pour notre journée plongée. Choupi fera du snorkeling. On part pour le spot de Chebeh, réputé comme un des plus intéressants de l’île. Inconvénient, nous sommes avec des gamins et leurs parents sur le bateau et du coup, comme ils sont Niveau 1, on ne peut pas aller en dessous des 20 mètres, où il y a les choses les plus intéressantes à voir à priori 🙁 Tant pis, c’est le jeu ! On verra quand même des raies pastenagues, des nudibranches à gogo, 1 énorme porcupine fish, et tous les fonds sont recouverts d’anémones aux couleurs fluos impressionnantes. Lors de la deuxième plongée sur Batu Malang, un peu plus technique avec plein de cavités, d’arches et de petites grottes à franchir, on croisera une énorme seiche. Les fonds sont extrêmement riches en coraux et pas du tout abîmés, il y a toutes les formes et couleurs.

Plage de Pulau Tioman

Plage de Pulau Tioman

Après les plongées, je demande si c’est possible d’aller faire le spot de plongée de Pulau Labas dont on m’avait dit beaucoup de bien mais qui est assez éloigné. Ils me disent que oui, normalement c’est bon, mais ça dépend si les enfants reviennent car ce n’est pas un spot pour débutants. Je vais donc revoir un des autres clubs avec qui j’avais accroché et qui me dit qu’eux iront de sûr demain, si le temps le permet car ils annoncent pas mal de vent et un peu de pluie.

On finit l’après-midi sur la plage, entre sieste et baignade. Ici, les plages sont vraiment étroites, elles disparaissent même totalement quand la marée est à son plus haut. En snorkeling depuis la plage, il n’y a pas beaucoup de poissons, contrairement à la pleine mer, mais il y a énormément d’oursins, jamais vus autant au m² !

Soirée avec repas les pieds dans le sable, en mode “vacances au soleil”.

Coucher de soleil sur l'île de Tioman

Coucher de soleil sur l’île de Tioman

11 avril. On se lève pour aller au club de plongée Rays’ Dive mais le temps est assez couvert. La sanction tombe, pas de Pulau Labas pour aujourd’hui, mais une épave ce matin. Choupi retourne au bungalow pour lire et se reposer pendant que je pars affronter la mer 🙂 On part donc pour l’épave du Sawadee, un bateau thaïlandais coulé apparemment 2 semaines plus tôt, pour en faire un spot de plongée. Arrivé au fond à 30 mètres, surprise, il y a 2 épaves, une trés récente et une qui est au fond depuis quelques temps. On visite les cales et on passe dans les trous de souris, en dérangeant quelques poissons qui logeaient là. Pour la deuxième plongée, on se dirige vers Renggis Island, un des spots favoris des clubs de plongée car très proche de la côte et rempli de poissons. Comme la veille, des coraux de toutes les formes autour d’un pic rocheux. Ajoutez à cela 4 ou 5 requins à pointe noire de bonne taille (1m40 à 1m70) qui nous tournent autour à plusieurs reprises. Bref, encore des plongées magiques !

Plages de Pulau Tioman

Plages de Pulau Tioman

Fin d’après midi snorkeling avec Choupi, où on voit quelques nudibranches, plein d’anemone fish et encore plein d’oursins. Fin de soirée avec happy hour au club de plongée. On discute avec un divemaster français qui nous dit qu’il y a une alerte tsunami dans les parages. On va manger dans un petit restaurant où il y a la télé et le gérant nous explique qu’un tremblement de terre a bien eu lieu au niveau de Bandah Aceh (où nous étions quelques semaines plus tôt) mais que le tsunami n’a pas eu lieu. L’alerte prévoyait un impact comme celui de 2004, qui avait détruit une bonne partie des côtes thaïlandaises, malaises, sri lankaises et indiennes.

12 avril. On fait une matinée tranquille à la plage et on se connecte sur Internet quelques minutes pour prévenir nos parents que tout va bien, suite au séisme qui s’est produit au Nord de Sumatra avec une magnitude de 8.6 (article sur Le Point)

Mer turquoise de l'île de Tioman

Mer turquoise de l’île de Tioman

C’est déjà fini pour cette île à l’eau turquoise et transparente. Demain, direction Pulau Perenthian, les îles paradisiaques par excellence pour les plongeurs, snorkelers ou tout simplement pour ceux qui aiment se faire bronzer sur la plage !